Technologies

Tour d’honneur du Prince Albert II de Monaco en Toyota Mirai à hydrogène

C’est parce que l’hydrogène représente le futur de l’énergie automobile que Toyota a donné le nom de Mirai à sa voiture à pile à combustible, un terme qui signifie justement « Futur » en japonais. Dimanche, à l’occasion du Grand Prix F1 de Monaco, le Prince Albert II a également fait passer un message au futur de l’automobile en réalisant un tour d’honneur au volant d’une Toyota Mirai.

C’est accompagné de son épouse, la Princesse Charlène, que le Prince Albert II de Monaco a réalisé un tour d’honneur du Grand Prix de Monaco ce dimanche 29 mai 2016. En choisissant de conduire une Mirai, le prince adresse un signal fort au sujet de sa volonté de faire de la Principauté de Monaco un pays pionnier en matière de mobilité durable.

En tant que premier véhicule à pile à combustible à hydrogène commercialisé en Europe, la Mirai représente un véritable tournant pour l’avenir de la mobilité, surtout en matière de préservation de l’environnement. Elle contribue activement à l’ambition de Toyota de tendre vers la mobilité zéro émission, un objectif qui se traduit par le but de réduire de 90 % le niveau moyen de CO2 de ses véhicules d’ici 2050.

Pour rappel, la Mirai est un véhicule sans aucune émission de CO2 ou polluant local. La voiture ne laisse échapper que de la vapeur d’eau. À l’image des voitures électriques, elle est silencieuse. Avec son autonomie de plus de 500 kilomètres et un temps de recharge de l’ordre de 3 à 5 minutes, elle est aussi simple à utiliser qu’un véhicule traditionnel. Elle est aussi particulièrement endurante et fiable.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité