Technologies

Twitter est prêt à intenter un procès pour forcer Elon Musk à l’acheter

Twitter est prêt à s'engager dans une bataille juridique pour contraindre Elon Musk à acquérir la société

Elon Musk est peut-être prêt à affronter le tribunal comme prochaine étape de son projet de rachat de Twitter.

En avril, Twitter et lui ont signé un accord de 44 milliards de dollars, et les deux parties ont depuis travaillé à sa finalisation. Twitter a permis à M. Musk d’accéder à son « firehose » ou flux de tweets en réponse à sa demande de statistiques sur le nombre de comptes Twitter automatisés. Il a continué à lui fournir des informations supplémentaires.

Le Washington Post a rapporté jeudi que la transaction était en danger et que l’équipe de M. Musk était « susceptible de prendre des mesures extrêmes ». Twitter et ses conseillers ont été décontenancés par les déclarations de l’article, qui n’ont pas pu être validées par l’hebdomadaire DealBook, car ils n’avaient pas l’impression que la transaction était plus menacée qu’à n’importe quel moment au cours des mois précédents.

M. Musk a refusé de commenter en réponse à une demande. Twitter a réaffirmé son intention de « conclure l’opération et d’appliquer l’accord de fusion au prix et aux paramètres convenus ».

M. Musk peut prendre diverses mesures « spectaculaires », mais en ce qui concerne l’accord, il n’y a que deux options claires : Il pourrait envoyer à Twitter une lettre annulant l’accord, ou il pourrait poursuivre Twitter en justice. Le plus probable, mais pas certain, est que ces deux événements se produiront simultanément.

Étant donné que Twitter a ouvertement révélé qu’environ 5 % de ses utilisateurs sont des robots depuis son introduction en bourse, M. Musk n’a aucun motif évident pour tenter de résilier l’accord. Toutefois, il peut tenter d’affirmer que cette révélation est délibérément trompeuse, une norme juridique difficile à atteindre.

Twitter pourrait alors déposer une contre-poursuite. Twitter est certain que le contrat est en sa faveur et que M. Musk aurait une lutte difficile. L’accord comporte une « clause d’exécution particulière » qui lui donne la possibilité de le poursuivre et de l’obliger à conclure la transaction tant que le financement par emprunt qu’il a obtenu reste intact.

Même si cette estimation est incorrecte de 5 %, Twitter déclare dans ses documents réglementaires que le montant est une estimation et « peut être plus important que ce que nous estimons actuellement. » La barre est haute pour invoquer ce motif de résiliation d’un contrat.

Twitter est enregistré dans le Delaware, où une affaire peut être jugée. Compte tenu de l’ampleur de la transaction, Twitter demanderait très probablement une procédure accélérée. La chancelière Kathaleen St. J. McCormick, qui s’occupe également du procès intenté par le fonds de pension de la police d’Orlando contre l’accord, est un juge potentiel.

Les enjeux sont élevés. Actuellement, l’aspect le plus précieux de Twitter est son accord d’acquisition avec Elon Musk. Depuis avril, les actions de la société ont diminué d’environ 24 % et se négocient actuellement à un prix nettement inférieur à celui convenu avec M. Musk. Vendredi, l’action de Twitter a baissé de 4 % dans les transactions de pré-marché et d’environ 5 % à la clôture du marché.

Les recettes publicitaires de Twitter sont mises à rude épreuve, c’est pourquoi la société a cessé d’embaucher et licencie certains employés. Accepter un prix inférieur à celui qui avait été négocié avec M. Musk pourrait exposer Twitter à un litige avec les actionnaires. Par conséquent, si le litige peut être coûteux, perdre l’accord peut être pire.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité