Technologies

Twitter : menace de verrouillage de compte contre les tweets abusifs

Pour assurer la sécurité de ses utilisateurs, Twitter met en place une mesure pour verrouiller les comptes en cas de tweets abusifs.

La précédente politique de Twitter contre la violence était trop « étroite » de l’avis du réseau social. C’est pour cette raison qu’elle vient d’être modifiée.

« Les menaces directes et précises de violence contre les autres » ont maintenant été étendues « aux menaces de violence contre autrui et à la promotion de la violence contre autrui », explique Shreyas Doshi, directeur de la gestion des produits chez Twitter. Il ajoute : « Cette mise à jour décrit mieux l’ensemble des contenus interdits et notre intention d’agir lorsque les utilisateurs outrepassent cette ligne ».

C’est ainsi que Twitter se dote aussi de la possibilité de verrouiller un compte pendant un certain temps, le droit de demander à ce que certains tweets soient effacés ou encore de demander aux utilisateurs de confirmer leur numéro de téléphone.

Shreyas Doshi cite en exemple l’utilisation du blocage de compte lorsque plusieurs utilisateurs harcèlent une personne ou un groupe de personnes.

Par la même occasion, Twitter essaie une technologie d’identification des tweets abusifs pour en limiter leur portée. « Cette fonctionnalité prend en compte un large éventail de signaux et de contexte pour trouver une corrélation avec des abus, ce qui comprend l’âge du compte, la similitude d’autres tweets, ou le fait que l’équipe est déterminée dans le passé qu’il s’agissait de tweet injurieux ». « Cela n’affectera pas votre capacité à voir le contenu qui a été explicitement demandé, tels que les tweets des comptes vous suivez. Cette technologie est plutôt conçue pour aider à limiter les conséquences néfastes du contenu abusif ».

Pour finir, Twitter relate avoir reçu des éloges de « Get Safe Online » en fin d’année dernière pour la mise à jour de ses outils de lutte contre le harcèlement.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité