Sciences

La technologie que le vaisseau spatial de SpaceX utilisera pour emmener des humains dans l’espace d’ici 2022

Un vaisseau spatial appelé Starship et un booster géant de premier étage appelé Super Heavy seront équipés respectivement de six et 29 Raptors.

La technologie que le vaisseau spatial de SpaceX utilisera pour transporter des humains en orbite d'ici 2022.
SpaceX prévoit d’envoyer des personnes sur Mars au début de 2022 avec son vaisseau spatial Starship.

Le milliardaire Elon Musk, propriétaire de SpaceX, la société choisie par la National Aeronautics and Space Administration (NASA) pour ramener les Américains sur la Lune, a annoncé aujourd’hui que la mégafusée Starship effectuera son premier vol orbital en janvier ou février 2022. Le vaisseau spatial a déjà effectué plusieurs vols suborbitaux, et M. Musk s’attend à ce que l’autorisation du régulateur fédéral de l’aviation américain (FAA) intervienne dans le courant de l’année.

La NASA a choisi le vaisseau spatial pour devenir l’atterrisseur utilisé dans le cadre de son programme Artemis pour retourner sur le seul satellite naturel de la Terre. Le vaisseau spatial susmentionné devra être en orbite autour de la Lune et envoyer des astronautes depuis la surface lunaire au plus tôt en 2025.

SpaceX a mis en place une usine pour produire des copies à grande échelle de Starship. « Je pense que nous aurons besoin d’environ 1 000 vaisseaux pour devenir multi-planétaires », a déclaré Musk. À cet égard, il a estimé que la création d’une chaîne de production de masse de vaisseaux spatiaux était essentielle pour les objectifs à long terme et a déclaré que la « plus grande contrainte » qui pèse sur la production actuelle est la vitesse de construction des moteurs de Raptor de vaisseaux spatiaux.

La technologie du vaisseau spatial Starship de SpaceX

Le programme Artemis, lancé sous l’administration de Donald Trump, devait retourner sur la surface lunaire en 2024, mais un manque de budget pour financer le système d’atterrissage lunaire a repoussé cet objectif.

Elon Musk développe la conception de vaisseaux spatiaux depuis des années ; les projets à long terme de l’entrepreneur milliardaire sont de peupler la planète Mars de personnes. Pour l’instant, cependant, il servira d’atterrisseur lunaire qui transportera les astronautes de l’orbite lunaire à la surface du satellite.

Starbase, la station spatiale au Texas.
Starbase, la station spatiale au Texas.

Une cabine spacieuse et deux caissons de décompression permettront aux astronautes d’entreprendre leurs sorties sur la Lune, bien qu’elle soit très différente du module lunaire squelettique (LM) qui a transporté 12 hommes sur la Lune dans le cadre du programme américain Apollo entre 1969 et 1972.

« L’objectif global de SpaceX a été de faire progresser la technologie spatiale afin que l’humanité puisse devenir une espèce multiplanétaire et, à terme, une civilisation spatiale », a expliqué Elon Musk.

Bien que l’entreprise américaine de fabrication aérospatiale ait un contrat de 2,9 milliards de dollars avec la NASA pour envoyer des astronautes sur la lune, Musk insiste sur le fait que l’entreprise ne s’engage pas dans des partenariats internationaux et n’a pas recours à des financements extérieurs.

Composants des vaisseaux spatiaux

Starship se compose de deux éléments : un vaisseau spatial appelé Starship et un booster géant de premier étage appelé Super Heavy. Tous deux seront entièrement réutilisables et tous deux seront propulsés par des Raptors : 6 pour le vaisseau final et 29 pour le super lourd.

Le Superheavy de SpaceX.
Le Superheavy de SpaceX.

Destiné au premier test orbital, le prototype SN20 disposera à terme de six Raptors : trois standards et trois à vide. SpaceX prépare le véhicule pour le test de vol orbital attendu, une première pour le programme Starship.

Des prototypes ont déjà été lancés, mais il s’agissait de véhicules à trois moteurs (tout au plus) qui atteignaient une altitude maximale d’environ 10 kilomètres. SN20 et un super lourd connu sous le nom de Booster 4 seront lancés depuis la base stellaire du Texas.

Enlèvements de vaisseaux spatiaux.
Enlèvements de vaisseaux spatiaux.

Le lanceur s’écrasera dans le Golfe du Mexique, à environ 32 kilomètres du site de lancement. Mais SN20 atteindra son orbite, si tout se passe comme prévu, et finira par atterrir sur l’île hawaïenne de Kauai.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité