Technologies

Un « visage » est créé qui contourne les systèmes de reconnaissance faciale

Les visages sont souvent utilisés comme « clé » pour déverrouiller les téléphones, mais ils ne sont pas aussi sûrs que beaucoup le pensent.

Un visage en 3D pourrait contourner les systèmes de reconnaissance faciale.

La reconnaissance faciale est une technologie qui peut être utilisée pour tout, du déverrouillage de votre téléphone (de manière plus ou moins sécurisée) au suivi des personnes et au maintien de l’ordre public. Il est logique que certaines personnes cherchent des moyens de l’éviter.

Des chercheurs de l’université de Tel Aviv, en Israël, affirment avoir trouvé une méthode permettant de contourner la grande majorité des systèmes de reconnaissance faciale actuellement utilisés. Et ils le font sans recréer le visage de chaque utilisateur qui doit se défendre contre les caméras.

De même qu’il existe des clés maîtresses permettant d’ouvrir toutes sortes de serrures, ces chercheurs ont créé un « visage maître » qui recrée la plupart des visages existants.

En créant un visage aussi commun, les paramètres sur lesquels les technologies de reconnaissance faciale se basent pour détecter qu’un visage est réel sont tous présents en grand nombre et les machines pensent donc que le visage devant elles existe.

Pour l’instant, le taux de réussite de cette technologie israélienne n’est pas très élevé : elle ne trompe les systèmes de reconnaissance faciale les plus courants dans le monde qu’entre 20 et 40 % du temps. Ce serait néanmoins un moyen d’accéder au téléphone portable d’une ou deux personnes sur cinq qui utilisent des systèmes de reconnaissance faciale.

Les prochaines étapes de cette recherche sont en passe d’augmenter ce pourcentage en animant les visages des maîtres pour qu’ils semblent vivants et en les recréant également en 3D.

En fait, cette étude montre que la sécurité des systèmes de protection utilisant des données biométriques telles que le visage n’est pas aussi sûre que ce qui est souvent vendu aux utilisateurs de téléphones portables.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité