Technologies

La controverse de YouTube porte sur la censure de contenus douteux comme les théories anti-vaccins

YouTube discute de l'interdiction de contenus douteux, comme les idées anti-vaccins, à la suite du scandale Spotify

La plateforme a déclaré qu’elle ne suggère pas les vidéos qui incluent des faits contribuant à la désinformation et qu’elle travaille à des moyens d’empêcher qu’elles soient partagées sur d’autres sites et soient victimes de la censure.

La controverse sur YouTube porte sur la restriction des contenus douteux tels que les théories anti-vaccins.
Vue du logo YouTube

YouTube héberge des vidéos de musique, des bandes-annonces de films, des podcasts, des recommandations et des critiques de jeux vidéo, entre autres ; cependant, il est arrivé que des vidéos soient mises en ligne avec des informations douteuses, comme cela s’est produit lors du 11 septembre ou avec la pandémie et le « terraplanisme », ce qui a nécessité l’utilisation de diverses méthodes pour empêcher le visionnage de ces contenus.

L’apprentissage automatique a été l’une de ses principales techniques pour détecter les vidéos dont les récits violent les normes, mais à mesure que la demande a augmenté, YouTube a continué à lutter contre la désinformation.

Il convient de noter que cela intervient dans le sillage des controverses de Spotify, dans lesquelles la société a été accusée de « protéger » les contenus anti-vaccins et a été interrogée sur les méthodes qu’elle utilise pour recommander de la musique avec des paroles motivant les gens à ne pas se vacciner contre le COVID-19 plutôt que de les restreindre, en particulier lorsqu’elle tente de concurrencer YouTube en termes de contenu.

Le chef de produit de YouTube, Neal Mohan, a déclaré dans un billet de blog que, depuis cinq ans, l’entreprise s’appuie sur sa politique des 4R de la responsabilité (Supprimer, Relever, Récompenser et Réduire), qui combine apprentissage automatique et travail humain pour supprimer rapidement les contenus illicites.

Ils découvrent rapidement des problèmes tels que le terraplanning parce que leurs algorithmes sont enseignés ; pourtant, lorsque de nouvelles idées de conspiration se développent, ils peuvent avoir du mal à les détecter aussi rapidement.

« Nous étudions les moyens d’exploiter une combinaison plus ciblée de classificateurs, de mots-clés dans des dizaines de langues et de données provenant d’analystes régionaux, afin de découvrir les intrigues que notre classificateur principal rate. Cela améliorera notre vitesse et notre précision dans la reconnaissance des récits de désinformation virale au fil du temps. »

En outre, si quelqu’un visionne une vidéo au contenu douteux, le système propose des vidéos crédibles sous forme de panneaux d’information, et il ajoute des balises à une vidéo ou à un résultat de recherche, tout en essayant d’éviter de limiter le débat.

« Nous devons trouver un équilibre entre la prévention de la diffusion de désinformations potentiellement dommageables et la possibilité de discuter et d’éduquer sur des questions sensibles et litigieuses. »

Il a déclaré qu’un problème important dans la lutte contre la désinformation est celui des vues multiplateformes, ou des individus qui voient une vidéo YouTube avec des éléments douteux via d’autres sites Web. Il convient de noter que leurs algorithmes les recommandent à un taux inférieur à 1 %.

Pour s’assurer que les vidéos potentiellement non informatives (qui ne disparaissent pas du site) ne sont pas partagées, ils évaluent l’option de supprimer le bouton ou le lien de partage dans les vidéos qui ont déjà une restriction sur les recommandations.

« Bien que nos méthodes régulent le contenu des suggestions, le partage d’un lien est une action volontaire, par opposition à une action plus passive comme regarder un film recommandé. »

Bien qu’une fois de plus, ils soulignent une lacune, puisque le site indique que ces films douteux pourraient être utilisés dans un projet de recherche ou un reportage dans le but d’en discuter plutôt que de propager des données incorrectes.

En outre, ils sont confrontés à la question de savoir ce qui constitue une information douteuse, qui varie selon les régions. Il a noté qu’au début de l’épidémie, chaque nation disposait de sources dignes de confiance, mais que celles-ci pouvaient être interprétées différemment selon les cultures et les langues, ce qui implique qu’elles opèrent également dans des contextes culturels distincts.

YouTube a reconnu que, même si elle n’a pas toutes les réponses pour combattre la désinformation, elle s’est engagée à empêcher la propagation d’idées douteuses.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité