Classe C Coupé : Mercedes compte bousculer la BMW Série 4 Coupé

Le message de Mercedes est clair : venir bousculer BMW sur le terrain de la Série 4 Coupé.

La dernière génération de la Classe C ne proposait pas encore de déclinaison Coupé. C’est désormais chose faite. C’est à l’occasion du Salon de Francfort 2015 que Mercedes présente la nouvelle Classe C Coupé, bien évidemment l’une des stars du stand de la marque allemande.

Avec son toit en pente douce vers l’arrière, sans rupture franche entre la lunette arrière et la malle de coffre, la Classe C Coupé n’est pas sans rappeler la Série 4 Coupé de BMW. De fait, le message est clair, cette voiture est faite pour venir bousculer sa concurrente allemande.

Comme l’explique Mercedes, « La Classe C Coupé ne partage presque aucune pièce de carrosserie avec la berline ». C’est ainsi qu’en véritable coupé, elle se passe des montants de vitres sur ses longues portes, ainsi que du montant central. Si la voiture possède son style bien à elle, on retrouve tout de même les courbes douces du nouveau style Mercedes.

Dans l’habitacle, sans surprise, on retrouve le mobilier de la berline. Bien évidemment, les finitions sont soignées et les détails alléchants.

Une bonne surprise de la Classe C Coupé est que les places arrière ne sont pas trop exiguës, avec une garde au toit correcte.

S’il est déjà plaisant de pouvoir se glisser derrière le volant de la Classe C 300 Coupé, le plaisir sera bien évidemment décuplé si on se retrouve derrière le volant de la version AMG C 63 Coupé.

La Classe C Coupé sera commercialisée en France à partir du mois de décembre.

Il est bon de souligner que la dernière génération de la Classe C dispose maintenant d’une berline, d’un break et d’un Coupé. Il ne banque plus qu’un cabriolet pour compléter la famille.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRAV4 Hybrid One : Toyota ouvre les commandes de la série limitée
Article suivantCourses GT : BMW lève le voile sur la M6 GT3

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here