Galaxy S5 : déjà proposé, avant le 11 avril

Alors que la commercialisation du Galaxy S5 aurait dû débuter que le 11 avril prochain, les opérateurs coréens ont volé le départ en lançant dès à présent le nouveau smartphone de Samsung, sans l’accord de son fabricant.

Samsung a toujours été clair, son nouveau Galaxy S5 sera mondialement lancé le 11 avril 2014. Pourtant, les opérateurs coréens le proposent déjà. Pourquoi ?

Si les opérateurs coréens proposent déjà le Galaxy S5, ce n’est pas avec l’accord de Samsung. Le fabricant n’a à l’heure actuelle pas annoncé de changement de plan pour la commercialisation de son dernier-né.

La cause de ce faux départ est à rechercher du côté du régulateur national des télécoms. En effet, suite à des abus, le régulateur coréen a interdit de recruter de nouveaux clients aux opérateurs nationaux, mais aussi interdit qu’ils proposent des offres de renouvellement pendant 45 jours, entre le 13 mars et le 19 mai 2014. En raison des aléas du calendrier, cette période chevauche la date de lancement du Galaxy S5.

Dès lors, les opérateurs se sont retrouvés face au dilemme d’attendre la fin de la sanction ou de prendre les devants. C’est la seconde solution qui a été choisie, sans l’accord de Samsung !

C’est ainsi que l’opérateur SK Telecom, dont sa période de blocage ira du 5 avril au 19 mai, a décidé de le commercialiser le Galaxy S5 dès maintenant. Alors que KT et LG UPlus sont déjà dans leurs périodes de restriction, ils ont emboité le pas en proposant le smartphone aux clients qui ne sont pas concernés par l’interdiction de vente.

Il est bien évident que Samsung n’est pas du tout content d’avoir été mis devant le fait accompli surtout que des millions sont dépensés en campagne marketing. Il ne reste plus qu’à espérer que cette habitude ne devienne pas une généralité, car cela rendrait anarchique la sortie de n’importe quel appareil.

Galaxy S5 : lancé dès à présent en Corée du Sud... sans l'accord de Samsung
Galaxy S5 : lancé dès à présent en Corée du Sud… sans l’accord de Samsung

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAprès les anneaux de Saturne, voici les anneaux de Chariklo
Article suivantCensure : après Twitter, la Turquie bloque YouTube

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here