L’affaire de « la robe », retour un débat mondial qui a enflammé le web

Tout le monde se rappelle certainement l’affaire de « la robe », ce débat qui a enflammé internet en posant la question de savoir si elle était blanche et dorée ou bleue et noire.

Sans qu’on ne sache jamais véritablement pourquoi, il y a des fois des questions qui emballent internet, ce qu’on nomme communément des buzz. Justement, le 15 février 2015, Caitlin McNeill a lancé un spectaculaire buzz qui a enflammé le web : l’affaire de « la robe ».

L’affaire de « la robe », tout le monde s’en rappelle certainement vu qu’elle a envahi le web, mais aussi les médias. La question de Caitlin McNeill, utilisatrice de Tumblr, était simple : « Les gars, aidez-moi s’il vous plaît. Cette robe est-elle blanche et dorée ou bleue et noire ? Moi et mes amis nous ne sommes pas d’accord et c’est la panique ! ».

Relayée par le site humoristique BuzzFeed, l’article « What colors are this dress ? » (« De quelle couleur est cette robe ? », va attirer plusieurs dizaines de millions d’internautes, un afflux qui a momentanément submergé le site.

Twitter emboite le pas avec le hashtag #TheDress (#LaRobe) qui devient le n°1 des tendances sur le réseau.

À cause du « Dressgate », le 26 février 2015 est devenu une des journées les plus virales aux États-Unis.

Alors que tout le monde, y compris des scientifiques, a donné son avis sur la couleur de cette fameuse robe, d’autres ont su profiter de ce phénomène de mode passager, comme l’Armée du Salut australienne qui s’est inspirée de cette robe pour dénoncer les violences domestiques ou le site britannique de Roman Originals qui a bien évidemment de vendre de nombreux exemplaires de cette fameuse robe.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : une keynote pour le 9 septembre prochain ?
Article suivantDef Con : Tesla à la recherche de pirates pour la sécurité de ses voitures

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here