Technologies

100 ans après la L45, Peugeot lui rend hommage avec la L500 R HYbrid

Entre 1913 et 1919, Peugeot remportât trois belles victoires aux États-Unis, notamment le 30 mai 1916 lorsque Dario Resta gagnait les 500 miles d’Indianapolis au volant d’une L45. C’est pour commémorer le centenaire de cette prestigieuse victoire que le constructeur a dévoilé une audacieuse L500 R HYbrid.

Bien que s’étant retirée de la compétition automobile en 2012 pour des raisons budgétaires, la marque au Lion conserve de très forts penchants pour la course, notamment au travers des rallyes-raids. Au demeurant, cette audacieuse L500 R HYbrid démontre clairement que les ingénieurs de Peugeot sont parfaitement capables d’imaginer ce que pourrait être une voiture de course aujourd’hui.

Cette L500 R HYbrid n’a bien évidemment rien à voir avec la L45 de 1916. À l’époque, Dario Resta avait bouclé la course à la moyenne impressionnante de 135 km/h. Avec son moteur essence de 270 chevaux épaulé par deux moteurs électriques, un sur chaque train, son descendant passe de 0 à 100 km/h en 2,5 secondes et avale le 1 000 mètres, départ arrêté, en 19 secondes grâce à sa puissance totale de 500 chevaux pour un couple de 730 Nm.

Tapie au plus près de l’asphalte, cette L500 R HYbrid n’est pas qu’un moteur, elle a surtout droit à un style audacieux et futuriste. On retrouve une approche avant-gardiste au niveau de l’i-Cockpit ultra-sportif qui dispose d’un petit volant et deux hologrammes qui projettent les informations nécessaires au pilote.

Avec cette L500 R HYbrid, Peugeot rend un très bel hommage à la L45 et à une période faste de la marque aux États-Unis. Même si cela semble loin aujourd’hui, c’est l’occasion de rappeler que la marque au Lion a remporté à trois reprises les 500 miles d’Indianapolis.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité