Actualités

Nouvelles espèces de dinosaures au Maroc : une découverte majeure

Des fossiles récemment découverts révèlent une diversité inattendue de dinosaures en Afrique du Nord à la fin du Crétacé.

Explorez la récente découverte de fossiles de dinosaures au Maroc qui remet en question les théories existantes sur l’extinction des dinosaures et révèle une diversité insoupçonnée d’espèces à la fin de l’ère des dinosaures.

Une découverte révolutionnaire a été faite au Maroc, remettant en question tout ce que nous pensions savoir sur l’extinction des dinosaures. Des fossiles de deux nouvelles espèces de dinosaures, appartenant à la famille des Abelisauridae, ont été découverts près de Casablanca, révélant une diversité insoupçonnée d’espèces de dinosaures en Afrique du Nord à la fin du Crétacé. Cette découverte suggère que, contrairement aux croyances antérieures, les dinosaures n’étaient pas en déclin avant l’impact de l’astéroïde qui a provoqué leur extinction.

Découverte révolutionnaire :

Une équipe de scientifiques dirigée par le Dr Nick Longrich de l’Université de Bath, en Angleterre, a découvert des fossiles de cousins primitifs du T.rex près de Casablanca. Ces espèces faisaient partie d’une famille de dinosaures carnivores primitifs connus sous le nom d’abélisaures et coexistaient avec l’abelisaur Chenanisaurus barbaricus, un dinosaure beaucoup plus grand. Cette découverte met en lumière la diversité des espèces de dinosaures qui vivaient au Maroc juste avant la fin du Crétacé en Afrique et la disparition ultérieure des dinosaures provoquée par un astéroïde il y a 66 millions d’années.

Implications de la découverte

Les débats universitaires ont longtemps porté sur l’extinction qui a entraîné la perte d’environ 90 % des espèces terrestres, notamment les dinosaures, les plésiosaures, les mosasaures, les ptérosaures et les ammonites. Les découvertes marocaines suggèrent que les dinosaures n’étaient pas en déclin avant l’impact de l’astéroïde. Le Dr Longrich explique que, bien que la fin du Crétacé dans l’ouest de l’Amérique du Nord semble devenir moins diversifiée, il n’est pas clair que l’on puisse généraliser les dinosaures du Wyoming et du Montana au monde entier.

Un écosystème diversifié

Outre les abélisaures, les chercheurs ont également découvert des traces d’Ajnabia, un petit dinosaure à bec de canard, d’un titanosaure au long cou et du gargantuesque abelisaure Chenanisaurus. Cela suggère que le Maroc abritait une faune de dinosaures incroyablement diversifiée à la fin du Crétacé. Le Dr Longrich a ajouté qu’ils possèdent également d’autres fossiles actuellement à l’étude, ce qui indique une diversité encore plus grande qu’on ne le pensait auparavant. Par ailleurs, le Maroc est un site riche en découvertes paléontologiques. Par exemple, des fossiles d’un spinosaurus, un dinosaure semi-aquatique, ont également été découverts au Maroc.

Conclusion

La récente découverte de fossiles de dinosaures au Maroc remet en question les théories existantes sur l’extinction des dinosaures et révèle une diversité insoupçonnée d’espèces à la fin de l’ère des dinosaures. Alors que les débats sur les causes de l’extinction des dinosaures continuent, ces découvertes apportent un nouvel éclairage sur la diversité des espèces de dinosaures juste avant leur disparition. Cela suggère que, contrairement aux croyances antérieures, les dinosaures n’étaient pas en déclin avant l’impact de l’astéroïde qui a provoqué leur extinction.

Sur le même thème :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page