Technologies

Début des enchères pour l’acquisition de Twitter

Selon le Wall Street Journal, les candidats au rachat de Twitter sont appelés cette semaine à déposer une première offre. Le début des enchères devrait donc commencer avec de nombreux prétendants.

Qui va racheter Twitter ? Cette question est aujourd’hui plus pertinente que jamais. À croire le Wall Street Journal qui fait référence à plusieurs sources dites « proches du dossier », les candidats à l’acquisition de Twitter seraient invités à déposer une première offre cette semaine.

Alors que la liste des prétendants est longue, de Google à Walt Disney, qui va remporter les enchères ? Aux yeux des analystes, Salesforce serait en pole position avec Marc Benioff, son CEO, qui ne cache pas son intérêt pour l’entreprise de microblogging. Il a notamment évoqué son potentiel inexploité dans la pub, l’e-commerce et plus globalement l’exploitation des données. Cet intérêt ne convainc par contre pas les investisseurs vu que l’action de Salesforce a récemment atteint son niveau le plus bas de ses six derniers mois.

La question qui va surtout se poser va être de savoir qui dispose de suffisamment de liquidité pour rédiger un chèque capable de payer le rachat de Twitter. Alors que la société est valorisée à environ 17,3 milliards de dollars, les investisseurs viseraient à récupérer au minimum 30 milliards de dollars dans l’opération. Avec une trésorerie de 3,3 milliards de dollars à la fin juillet, Salesforce ne possède pas forcément les moyens de ses ambitions. Financièrement parlant, Walt Disney et Google semblent être des candidats nettement plus crédibles.

Il est bien évidemment encore trop tôt pour évoquer qui sera l’acquéreur de Twitter. Mais à ce rythme, il apparait pratiquement certain que le nom d’un repreneur pourrait être annoncé d’ici la fin de l’année. Cette précipitation refléterait d’ailleurs une volonté du conseil d’administration de se diriger au plus vite vers une cession.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité