Technologies

Facebook interdit aux médias d’État russes de monétiser et de faire de la publicité

Selon Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de sécurité de Facebook, la plateforme de médias sociaux continuera à identifier les médias d'État russes par des balises supplémentaires

Alors que l’invasion de l’Ukraine voisine par la Russie atteint les rues de Kiev, Facebook a limité la capacité des médias officiels russes à générer de l’argent sur le réseau social.

Après avoir refusé les demandes des autorités de cesser d’employer des vérificateurs de données et des étiquettes d’avertissement de contenu sur ses plateformes, la société mère de Facebook, Meta, a déclaré vendredi que la Russie imposerait des limites à ses services.

« Nous interdisons immédiatement aux médias d’État russes de diffuser des publicités ou de monétiser sur notre plateforme partout dans le monde », a déclaré Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de sécurité de Facebook sur Twitter.

Le tweet précisait en outre : « Ces modifications ont déjà commencé à être apportées et se poursuivront jusqu’à la fin de la semaine. » Il a également mentionné que Facebook continuera à ajouter des balises aux médias d’État russes, ce que le réseau a commencé à faire en 2020 pour tous les médias contrôlés par l’État.

En Ukraine, il a créé un « outil en un clic » qui permet aux utilisateurs de crypter leurs profils afin que seuls leurs amis puissent accéder à leurs publications, images et histoires. De même, lors de la crise en Afghanistan en août de l’année dernière, Facebook a mis en place un service similaire.

La Russie a partiellement bloqué l’accès à Facebook dans le pays, et le gouvernement russe affirme que le réseau a « limité » quatre comptes liés à des organisations de presse russes.

Les médias sociaux et l’invasion russe en Ukraine

Dans l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les médias sociaux ont joué un rôle crucial dans les résultats positifs et terribles.

Les médias sociaux sont devenus l’une des lignes de front de l’invasion de l’Ukraine par la Russie ; il y a le potentiel de fausses informations, mais il y a aussi la possibilité de suivre le combat en temps réel à mesure qu’il se déroule et signale une crise en Europe qui n’a pas été vue depuis des décennies.

« Nous suivons de près la situation en Ukraine, et nous continuerons à partager les efforts que nous faisons pour protéger tout le monde sur notre plateforme », a déclaré M. Gleicher.

Ses remarques sont intervenues quelques heures seulement après que les lois russes sur les médias ont prétendu limiter l’accès à Facebook, accusant le géant américain de l’internet de censure et de violation des droits des résidents russes.

Dans un communiqué, Nick Clegg, de Meta, a déclaré : « Les autorités russes nous ont demandé de suspendre la vérification indépendante des faits et l’étiquetage de la désinformation publiée sur Facebook par quatre groupes de médias officiels russes hier. »

Facebook a mis en place un centre d’activité distinct pour surveiller la situation en Ukraine, selon Gleicher, « en réaction à l’augmentation de la confrontation armée. »

En Russie, YouTube a également suspendu la monétisation des vidéos

YouTube a rejoint la coalition de « punition » contre la Russie pour l’invasion de l’Ukraine en désactivant la monétisation des vidéos de Russia Today (RT), ainsi que d’autres médias du pays, depuis le 26 février.

Mykhailo Fedorov, ministre ukrainien de la transformation numérique, a confirmé la décision de YouTube sur son compte Twitter.

YouTube, selon une déclaration obtenue par Interfax, a déclaré :

« Nous prenons diverses mesures en réponse aux conditions exceptionnelles en Ukraine. Nous avons désactivé la monétisation de plusieurs chaînes YouTube, dont certaines chaînes russes liées aux récentes sanctions. »

« En réponse à une demande du gouvernement ukrainien concernant RT et de nombreux autres réseaux ukrainiens », l’action a été faite. Selon Interfax, la déclaration se termine ainsi : « Nous allons restreindre les suggestions pour ces chaînes et continuerons à surveiller la situation, en considérant la probabilité que nous devions prendre des mesures supplémentaires. »

Cette mesure s’appliquera à toutes les chaînes Russia Today dans le monde, selon YouTube. Il convient de noter que le site gagne de l’argent en affichant des publicités dans les vidéos.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité