Technologies

Facebook : des investissements qui inquiètent les marchés

Malgré l’annonce de bons résultats financiers, le titre Facebook a chuté de 8%. La raison est l’annonce que nous allons « investir de manière agressive ».

Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook.
Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook.

Avec un chiffre d’affaire en hausse de 59% à 3,2 milliards de dollars sur le troisième trimestre, un bénéfice net qui a pratiquement doublé à 806 millions de dollars, 66% des recettes publicitaires qui sont obtenues sur le mobile et un nombre d’utilisateurs qui est passé de 1,32 milliard au deuxième trimestre, à 1,35 milliard aujourd’hui., Facebook a annoncé des performances plus qu’honorables.

Malgré cela, le titre Facebook a chuté de 8% dans les transactions après la fermeture de la Bourse. La raison de cette sanction des investisseurs est l’annonce faite par David Wehner, directeur financier du réseau social. Sa promesse de vouloir « investir de manière agressive » inquiète.

Alors que les investissements ont déjà augmenté de 41% sur les trois derniers mois, les investisseurs ont peur que cette hausse des coûts puisse atteindre 75%.

Même si Mark Zuckerberg explique que son objectif à long terme de connecter la planète entière nécessite « d’investir de manière agressive », l’acquisition de WhatsApp pour 19 milliards de dollars alors qu’elle dégage un chiffre d’affaires maigre et peu de profits, augmentant même plutôt les coûts en matière d’effectif, tout comme Oculus Rift, inquiète.

Il est tout de même bon de préciser que cette envie d’investir n’est pas propre à Facebook, Google, Apple et Amazon en font de même avec des investissements coûteux en recherche-développement, sans oublier des acquisitions, dans des secteurs à première vue très éloignés de leurs corps de métiers.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité