Technologies

Huawei : ses montres pourraient passer d’Android Wear à Tizen

Tout comme Samsung qui a déjà fait passer ses smartwatchs sous Tizen, Huawei pourrait abandonner Android Wear pour ses montres connectées.

C’est comme alternative à Android et Android Wear que Samsung a fait passer le Z1 et ses montres connectées. Ses téléviseurs ont également emboité le pas. Alors que l’on pensait que le groupe coréen était seul au monde à vouloir adopter Tizen, il se dit que Huawei pourrait en faire de même pour ses smartwatchs.

Alors que watchOS est le système d’exploitation le plus utilisé au deuxième trimestre 2016 pour les montres connectées selon les derniers chiffres du cabinet Strategy Analytics, Android Wear arrive à la seconde place. Mais derrière, Tizen devient de plus en plus crédible avec des parts de marché qui ont doublé. La situation pourrait bientôt être bouleversée.

À croire, le Korea Herald, Huawei serait prêt à abandonner le système d’exploitation Android Wear développé pour passer à Tizen. Selon les sources citées par le quotidien, le constructeur chinois cherche une alternative à l’OS de Google parce que « l’entreprise américaine n’a pas été très coopérative ». De son côté, Samsung serait totalement prêt à collaborer avec Huawei pour lui fournir une version sur mesure de son système d’exploitation.

Alors que Samsung porte à bout de bras son système d’exploitation Tizen, le fait que Huawei décide de l’adopter serait un joli coup pour gagner de précieuses parts de marché. Cela ne signifie pas pour autant que la firme chinoise veuille collaborer avec le groupe coréen. En effet, il ne faut pas oublier que Tizen est un projet open source ouvert à tout le monde. D’ailleurs, un porte-parole de Samsung a indiqué qu’« aucune demande officielle de collaboration de Huawei » n’avait été reçue.

Il faut encore souligner que Huawei est déjà membre de la Tizen Association. En cas de passage du fabricant chinois sur Tizen, Google pourrait faire grise mine.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité