Technologies

iPhone 13 : les appels par satellite ne fonctionneraient que dans des zones spécifiques

Ces dernières semaines, il a été question de la possibilité que le prochain iPhone (éventuellement baptisé iPhone 13), soit accompagné d’un outil plus que souhaité pour tous ses utilisateurs : la possibilité de passer des appels, non plus avec la nécessité de louer un service téléphonique, mais grâce à la technologie satellitaire.

L'iPhone 13 devrait arriver plus tard en 2021.

De plus en plus de limites continuent d’apparaître au sujet de cette nouvelle technologie avec laquelle Apple veut révolutionner le monde des communications.

L’information a été donnée par Ming-Chi Kuo, un célèbre analyste, qui a annoncé dans une note envoyée aux investisseurs que l’iPhone disposera d’un système compatible avec la communication par satellite dite en orbite terrestre basse (LEO), ce qui signifie qu’en théorie, la connectivité 4G ou 5G ne serait plus nécessaire pour passer un appel.

Rappelons que ce n’est pas la première fois qu’Apple et ses intentions d’utiliser ce type de technologie comme moyen de communication avec ses utilisateurs sont évoquées, puisqu’en 2019, le portail spécialisé Bloomberg mentionnait dans l’un de ses articles que l’entreprise avait travaillé sur certaines recherches concernant la technologie satellitaire, et la manière dont elle pourrait être utilisée pour les appels entrants et sortants depuis un iPhone. Cependant, c’est en 2021 que, semble-t-il, le rêve deviendra réalité.

Ce qui semblait être un conte de fées s’est toutefois transformé en une déception pour les utilisateurs d’Apple, qui ont tristement assisté à l’effondrement, ou du moins à la limitation, des appels par communication satellite.

Le 31 août, Bloomberg est revenu dans l’arène pour parler de cette question, cette fois avec l’intervention de Mark Gurman, l’un des journalistes les plus réputés de la publication. Selon M. Gurman, la nouvelle technologie satellitaire, bien que réelle, ne fonctionnerait pas à tout moment, mais ne serait activée sur les iPhones qu’en cas d’extrême urgence.

Ainsi, selon l’employé de Bloomberg, la puce de bande de base personnalisée Qualcomm X60 qui sera installée dans l’iPhone 13 sera affectée à un usage plus important. Elle empêcherait, du moins pour l’instant, les gens de profiter de cette nouvelle technologie pour satisfaire leur besoin de parler au téléphone.

Mais il semble que les limites de cette technologie ne s’arrêtent pas là, car la zone de couverture serait également réduite pour les appels par satellite. Selon, encore une fois, Gurman, ces appels et messages ne seraient pas accessibles à n’importe qui, sur n’importe quel territoire. Apple souhaiterait aider les personnes qui ont vraiment besoin de l’aide de sa nouvelle technologie. Elle en limiterait donc l’accès à des « marchés sélectionnés » et à des endroits où la couverture mobile est faible ou nulle.

Dans cette optique, il est logique de penser que les grandes villes comme New York ou Londres ne figureront pas sur la « liste blanche » de la société fondée par Steve Jobs pour envoyer et recevoir des messages et des appels à l’aide de la communication par satellite.

Cependant, les nouvelles du célèbre journaliste ne sont pas aussi mauvaises qu’on le pensait, car selon son rapport, Apple serait en train de réfléchir à la planification, à la création et au lancement de ses propres satellites en LEO et pourrait ainsi étendre la couverture des données à un plus grand nombre de ses utilisateurs. Bien entendu, il s’agit d’une tâche qui nécessite un investissement important, et donc plusieurs « années à venir » avant qu’elle ne puisse être envisagée comme une possibilité tacite.

Cependant, les nouvelles ne sont pas toutes mauvaises, et c’est précisément cet aspect que les utilisateurs les plus optimistes d’Apple ont décidé d’adopter.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité