Technologies

Les Google Glass arrivent en Europe

Hormis quelques paires vendues sur certains sites de e-commerce, les Google Glass étaient réservées aux États-Unis. Désormais, les lunettes à réalité augmentée de Google sont également disponibles au Royaume-Uni.

Alors que cela fait deux ans que Google a lancé son programme Explorer à l’intention des développeurs, la firme de Mountain View ne cesse d’élargir son cercle de testeur. Après avoir lancé la commercialisation de ses lunettes, toujours en version bêta, aux États-Unis, c’est désormais au Royaume-Uni qu’elles sont disponibles.

Si les fameuses lunettes connectées sont proposées à 1 500 dollars aux États-Unis, il faudra débourser 1 000 livres au Royaume-Uni, soit environ 1 700 dollars. Pour ce prix, les Google Glass sont proposées en plusieurs coloris, avec une monture supplémentaire gratuite (prix normal 175 livres pièce).

En décidant de sortir de ses frontières, Google semble vouloir ouvrir le marché de ses lunettes à réalité augmentée, tout en semblant hésiter sur l’ampleur de cette ouverture. Il est vrai qu’en étant déjà au cœur de nombreuses polémiques aux États-Unis, une certaine prudence est de mise.

Pourtant, ce n’est pas les polémiques qui devraient réellement bloquer les éventuels acheteurs, mais plutôt son prix quelque peu rédhibitoire.

De toute façon, les Google Glass ne sont à priori pas pour tout de suite en France vu qu’elles ne sont pour le moment disponible qu’en version anglophone.

En attendant de savoir comment cela va évoluer, on peut espérer que les Google Glass seront à l’ordre du jour de la conférence I/O, ce qui devrait permettre de nous en apprendre un peu plus au sujet de son avenir.

Google Glass : elles vont enfin s'exporter hors des États-Unis
Google Glass : elles vont enfin s’exporter hors des États-Unis

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité