Technologies

Microsoft revoit sa politique en matière de harcèlement sexuel et de discrimination sexuelle

Cette section contient des plaintes contre Bill Gates

Microsoft va évaluer l’efficacité de ses politiques et procédures en matière de harcèlement sexuel et de discrimination sexuelle.

Cela impliquera une enquête sur les accusations portées contre des cadres supérieurs, notamment Bill Gates, qui a démissionné du conseil d’administration de Microsoft en 2020.

Un rapport complet et ouvert aux travailleurs, aux actionnaires et au grand public est prévu au printemps 2022.

Bien que l’étude ait été annoncée la semaine dernière, le moment choisi pour la réaliser est remarquable, compte tenu de l’achat par Microsoft, pour 70 milliards de dollars, d’Activision Blizzard, qui est actuellement empêtré dans une affaire de harcèlement sexuel.

L’étude est menée en réponse à une résolution consultative des actionnaires adoptée lors de l’assemblée annuelle des actionnaires de 2021 et sera réalisée par le cabinet d’avocats Arent Fox, selon un document de Microsoft.

« Notre culture continue d’être notre principale préoccupation, et l’ensemble du conseil d’administration comprend la nécessité essentielle de fournir un environnement de travail sûr et inclusif pour tous les employés de Microsoft », a déclaré Satya Nadella, président et PDG de Microsoft.

« Nous sommes déterminés non seulement à examiner le rapport, mais aussi à en tirer des enseignements afin de continuer à améliorer l’expérience de nos travailleurs. Je considère cette évaluation détaillée comme une chance de nous améliorer encore « ‘.

L’examen portera sur les politiques, les pratiques et les engagements visant à favoriser un environnement de travail sûr et inclusif ; un résumé des enquêtes sur le harcèlement sexuel menées depuis 2019, ainsi que des données sur le nombre de cas et leur résolution ; et les mesures prises pour tenir les employés responsables du harcèlement sexuel et/ou de la discrimination fondée sur le sexe.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité