Jeux

Vous ne le saviez pas ? Facebook Messenger contient un jeu d’échecs !

L’application de messagerie Facebook Messenger offre de très nombreuses fonctionnalités pour communiquer. Elle permet aussi de jouer aux échecs !

Pour ses 800 millions d’utilisateurs, l’application de messagerie Facebook Messenger offre de très nombreuses fonctionnalités pour communiquer, mais pas seulement. Ils peuvent aussi jouer aux échecs avec ses amis grâce à une fonctionnalité qui était cachée jusqu’à présent. En fait, il suffit de la lancer pour commencer une partie.

Vu que ce jeu d’échecs est caché, il est inutile de chercher une icône ou un menu, il faut saisir une commande. Comme il s’agit de jouer contre quelqu’un, cette commande doit être saisie lors d’une discussion avec un de ses amis. Il faut simplement entrer la commande « @fbchessplay ».

Pour jouer, c’est un peu plus compliqué vu que la souris ne vous sert absolument à rien. Il s’agit de saisir le mouvement de vos pièces. Il faut commencer par indiquer la pièce à déplacer (K pour king/roi, Q pour queen/reine, B pour bishop/fou, R pour row/tour, P pour pawn/pion, ou N pour knight/ cavalier) et la case de destination sous la forme d’une lettre et d’un chiffre. Par exemple, la commande « fbchess Pe4 » déplace un pion vers la case E4. En cours de partie, vous avez aussi la possibilité d’annuler votre dernier mouvement ou d’abandonner la partie.

En ajoutant un jeu d’échecs à Messenger, Facebook continue à enrichir son application de nouvelles fonctionnalités à utiliser avec ses amis. Cela démontre clairement l’intention du réseau social de vouloir captiver au maximum les utilisateurs pour qu’ils n’aient pas voir ailleurs.

Que pensez-vous d’un jeu d’échecs dans Messenger ? Est-ce que Facebook a eu raison de l’ajouter, n’aurait-il pas fallu le rendre un peu plus convivial, ou trouvez-vous cette idée sans fondement ?

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité