Sciences

Pari réussi pour SpaceX : le premier étage de sa fusée se pose !

Après 11 minutes de vol, dans la nuit de lundi à mardi, le premier étage du lanceur Falcon 9 de SpaceX s’est posé verticalement, sans encombre. La course à la réutilisabilité est lancée.

La course à l’espace est une affaire de gros sous, car les lancements sont chers, très chers. Pour casser les prix, les entreprises privées comptent sur la réutilisabilité de leur lanceur. Le dire est une chose, le faire en est une autre.

Pour preuve, toutes les précédentes tentatives de SpaceX de récupérer le premier étage de son lanceur Falcon 9 se sont soldées par des échecs. Alors qu’une nouvelle tentative a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi, la pression était à son maximum vu que son concurrent, Blue Origin, a lui réussit à faire atterrir sa fusée.

Comme le montre la vidéo de l’événement, SpaceX a cette fois réussi son coup, gagné son pari. Le lanceur Falcon 9 a décollé à 02h29 (heure de Paris). Après quelques minutes d’ascension, le premier étage s’est détaché du reste de la fusée. Il est alors redescendu, ralenti dans sa chute par des moteurs. 11 minutes après son décollage, il s’est posé verticalement, en douceur. Au milieu des cris d’enthousiasme de centaines d’invités présents pour assister à cet événement depuis le centre de commandement à Hawthorne, en Californie, le commentateur a déclaré : « Falcon a atterri ».

Pendant ce temps, le reste du lanceur a aussi correctement mené à bien sa mission, la mise en orbite basse de 11 satellites pour la société de communication Orbcomm. Ce lancement est donc une réussite totale pour SpaceX.

« Je n’arrive pas à y croire. Je crois que c’est un moment révolutionnaire. Personne n’avait encore ramené intact sur Terre un lanceur de classe orbitale », a rapidement réagit Elon Musk, le PDG de l’entreprise américaine.

La course à la réutilisabilité des fusées est lancée

En réussissant à poser le premier étage du lanceur Falcon 9, SpaceX ouvre véritablement la course à la réutilisabilité, à une baisse des couts de lancement. Alors que la concurrence est féroce sur ce marché, la pression sur toutes les entreprises va devenir énorme. Cela concerne notamment Arianespace, le groupe européen.

L’atterrissage de la fusée Falcon

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité