Technologies

Le porno en ligne est acculé par une réglementation qui pourrait le changer à jamais

Les travailleurs du sexe en ligne sont entre le marteau et l’enclume à cause des nouvelles politiques de Master Card, ainsi que des plateformes où ils avaient l’habitude de télécharger leur contenu pour gagner quelques dollars.

La pornographie sur Internet est réglementée par une loi qui pourrait changer à tout moment.
La réglementation pourrait obliger les travailleurs du sexe à modifier leur contenu.

La nouvelle réglementation sur les sites Internet pour adultes pourrait amener les artistes à modifier leur contenu.

Selon le site Mashable, l’une des victimes de la nouvelle réglementation est l’actrice Allie Eve Knox, qui gagne sa vie en mettant en ligne des vidéos en solo, des vidéos sur le thème de la domination et même des mukbangs sur des sites pornographiques tels que iWantClips. Cependant, en octobre dernier, la plateforme a supprimé des milliers de ses vidéos, la laissant dans une crise financière et professionnelle.

« Ils ont littéralement effacé sept ans de ma carrière », a-t-elle déclaré pour le site. « Ça m’a mis dans une putain de spirale », a-t-elle dit.

Dans la foulée, elle a essayé d’examiner ses options pour résoudre la situation, car elle n’est pas prête à quitter le porno. Cependant, elle a dit qu’elle s’inquiétait de pouvoir payer ses factures après que son matériel ait été retiré.

La nouvelle réglementation de Master Card sur le contenu explicite des sites web est entrée en vigueur le mois dernier, laissant plusieurs personnes dans la même situation que l’actrice BDSM.

Parmi les mesures auxquelles les travailleurs du secteur de la pornographie doivent se conformer figurent la vérification de l’identité, l’approbation par le site hôte avant l’affichage et le veto sur certaines étiquettes. En cas de non-respect, le matériel peut être supprimé, comme cela a été le cas pour Knox.

L’objectif de cette nouvelle politique est d’empêcher la diffusion de matériel pédopornographique et d’autres contenus non consensuels. Cependant, dans la pratique, il est difficile, voire impossible, pour les travailleurs du sexe de se conformer à ces exigences et ils se retrouvent dans une situation vulnérable.

Par exemple, si la nouvelle réglementation de Master Card sur les contenus explicites pour adultes s’applique, le site devra examiner chacune des milliers de vidéos téléchargées par les créateurs de contenu pour déterminer si elles sont conformes à la norme.

Comme il serait humainement impossible de vérifier ce travail en temps voulu, les sites confient cette tâche à leurs algorithmes et à leur intelligence artificielle. Cependant, lorsqu’il s’agit de pornographie, l’examen automatique est entaché d’erreurs, car contrairement aux autres plateformes, lorsqu’il y a un terme comme « bashing » ou « viol », le matériel est supprimé sans problème, mais dans l’industrie pornographique, le contenu peut être consensuel malgré l’étiquette.

C’est pourquoi les travailleurs du porno et les défenseurs des droits de l’homme soulignent que cela met les membres de l’industrie en danger.

Si l’exemple ci-dessus concerne une étiquette qui peut être utilisée par des actrices comme Knox, dont le côté est BDSM, les règles affectent également celles qui mettent en ligne du contenu « vanille » et utilisent des costumes différents ou se produisent en solo devant des miroirs, car l’algorithme les détecte comme des personnes multiples et demande le document de consentement des participants pour pouvoir le mettre en ligne.

« Tout le monde mérite d’avoir accès aux services financiers et tout le monde devrait pouvoir gagner sa vie, subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. La discrimination financière et les autres lois et politiques qui criminalisent ou stigmatisent le travail du sexe nuisent de manière disproportionnée à la sécurité et au bien-être […] entravent notre droit à la liberté d’expression et envahissent notre vie privée », a déclaré l’ACLU dans son article intitulé « Comment la nouvelle politique de Mastercard viole les droits des travailleurs du sexe ».

Ainsi, les travailleurs du sexe sont pris en étau entre les nouvelles politiques de Mastercard et les règles appliquées sur le site où ils téléchargent leur contenu, puisqu’on leur demande en plus d’autres documents comme la reconnaissance faciale, entre autres.

Tout ceci intervient après plusieurs controverses passées sur le sujet des contenus pour adultes, comme le contenu illégal concernant des mineurs qui a été trouvé sur PornHub, ainsi que les réglementations d’OnlyFans ou d’autres anciennes comme Tumblr, qui, bien que leurs objectifs soient en faveur de la légalité, finissent par affecter les créateurs de contenus pour adultes qui sont en règle et en vivent.

Victoria Manon

Victoria Manon : Après mes études de journalisme, me retrouver à écrire sur des faits divers sans importance m'a déprimé. Lorsqu'un ami m'a emmené me changer les idées au salon Connect It de Paris, cela m'a fait tilt ! Découvrir les technologies d'aujourd'hui que tout le monde pourra utiliser demain… m'a donné une nouvelle inspiration. Par les amis de mes amis qui son mon avis, on m'a filament proposé d'écrire des articles sur le high-tech. Dire ce qui m'intéresse le plus ? Difficile à dire. Cela va si vite, les possibilités sont si énormes. Une chose est en tout cas sûre : cela me passionne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité