Technologies

Safari 4.0.4 en version finale disponible au téléchargement

Apple a publié une nouvelle version de son navigateur web Safari pour Mac et Windows, qui comporte des améliorations au niveau des performances, de la stabilité et de la sécurité du logiciel.

Télécharger le nouveau Safari 4.0.4 pour Mac OS X, Windows

Disponible en téléchargement gratuit, Safari est le navigateur web standard livré avec le système d’exploitation d’Apple depuis la sortie de Mac OS X version 10.3 « Panther ».

Dans la section Téléchargements de son site web, Safari 4.0.4 est décrit comme une mise à jour recommandée pour tous les utilisateurs, car elle comprend des améliorations des performances, de la stabilité et de la sécurité.

La nouvelle version offre une amélioration des performances JavaScript, une amélioration des performances de la recherche dans l’historique complet pour les utilisateurs ayant un grand nombre d’éléments dans l’historique, ainsi que des améliorations de la stabilité pour les plug-ins tiers, le champ de recherche et Yahoo ! Mail.

Cependant, la partie la plus importante de la mise à jour est la sécurité, comme Apple le révèle dans un document de support sur son site web.

En ce qui concerne la sécurité de Safari 4.0.4, le fabricant de Mac révèle que six vulnérabilités ont été corrigées dans Safari 4.0.4, dont la plupart ont été découvertes par les développeurs de la société. Deux failles spécifiques à Windows sont répertoriées dans le document de support HT3949.

Disponible pour pratiquement toutes les plates-formes et versions de système d’exploitation, de Mac OS X v10.4.11 et XP à Mac OS X v10.6.2 et Vista, « un problème existe dans la gestion par Safari des navigations lancées via les options de menu de raccourci ‘Ouvrir une image dans un nouvel onglet’, ‘Ouvrir une image dans une nouvelle fenêtre’ ou ‘Ouvrir un lien dans un nouvel onglet' », indique Apple.

« L’utilisation de ces options dans un site Web mal conçu pourrait charger un fichier HTML local, ce qui entraînerait la divulgation d’informations sensibles. Le problème est résolu en désactivant les options de menu contextuel énumérées lorsque la cible d’un lien est un fichier local », explique la société.

Une vulnérabilité propre à Windows, disponible pour XP et Vista, est décrite comme suit : « Un dépassement d’entier existe dans la gestion des images avec un profil de couleur intégré, ce qui peut conduire à un dépassement de tampon de tas. L’ouverture d’une image malicieusement conçue avec un profil de couleur intégré peut entraîner la fin inattendue de l’application ou l’exécution de code arbitraire. »

La société à l’origine du système d’exploitation Mac affirme avoir résolu ce problème « en effectuant une validation supplémentaire des profils de couleur. » Apple note que la faille n’est pas présente sur les systèmes fonctionnant sous Mac OS X v10.6 (Snow Leopard), et que ce problème a déjà été traité dans la mise à jour de sécurité 2009-005 pour Mac OS X 10.5.8.

La version stable actuelle du navigateur Safari est 4.0.4, compatible sous Mac OS X et Windows.

Un peu d’histoire

Safari est un navigateur Web, développé par Apple, sorti le 7 janvier 2003, il est devenu le navigateur par défaut d’Apple sur Mac OS X v10.3 « Panther » et le navigateur natif pour l’iPhone OS.

La version Safari pour le système d’exploitation Windows de Microsoft, sorti le 11 juin 2007 prend en charge Windows XP, Windows Vista et Windows 7.

Quoi de neuf pour cette version ?

Apple adapta le moteur de rendu libre KHTML en sa version spécifique qu’elle a nommée WebCore. Ce moteur bénéficiait déjà d’une certaine maturité et offrait une bonne prise en charge des standards du W3C, ainsi qu’une bonne tolérance aux erreurs de syntaxe courantes des pages existantes.

Apple y apportera des améliorations, comme le blocage des fenêtres intruses et la gestion de certaines extensions d’Internet Explorer.

L’interface du navigateur Safari

Sur le plan de l’interface, Safari a innové par sa gestion des signets à la iTunes, ainsi que la fonction Snap-back qui permet de revenir en un clic à la page de départ de la navigation, c’est-à-dire à la dernière page accédée directement (c’est-à-dire saisie manuellement ou via un signet, et non via un lien hypertexte).

Navigation privée

La version 2.0 apporte des améliorations comme la navigation privée, un mode qui permet de ne laisser aucune trace de son activité sur Internet (l’historique et le remplissage automatique des formulaires, par exemple, sont désactivés) ou encore la compatibilité avec les flux RSS.

On peut par exemple en regrouper plusieurs dans un seul dossier, et indiquer à Safari qu’il faudra qu’il se manifeste dès qu’un mot ou une expression (définissable par l’utilisateur) seront contenus dans l’un de ces flux. Utile pour ceux qui souhaitent suivre automatiquement un thème précis sur des sites précis.

Historique et évolution

Le mot safari désigne habituellement une excursion touristique à caractère sportif. Jusqu’à 1997, les Mac OS X d’Apple ont été livrés avec le navigateur Netscape et le navigateur Web Cyberdog, Internet Explorer pour Mac a été inclus plutard.

Pendant cinq ans entre Apple et Microsoft, Microsoft a publié trois versions d’Internet Explorer pour Mac qui ont été livrés avec Mac OS 8 et Mac OS 9, Apple a inclus le navigateur Netscape comme un alternatif, et puis Microsoft a publié en fin de compte la version 5 d’Internet Explorer, qui été inclus en tant qu’un navigateur par défaut sur Mac OS X jusqu’à la version Mac OS X v10.2

Parts de marché

Safari est depuis février 2010, le quatrième navigateur web le plus utilisé sur Internet, derrière Internet Explorer, Firefox et Opera. Avec 4,45% d’utilisateurs dans le monde, selon les statistiques.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité