Sciences

La sonde Parker consolide sa place d’objet le plus rapide fabriqué par l’homme

Propulsée par un tour de Vénus le 21 novembre, la sonde Parker de la NASA a battu son propre record de vitesse, atteignant la vitesse incroyable de 587 000 km/h lors de l’une de ses approches du Soleil, consolidant ainsi sa place d’objet le plus rapide jamais créé par l’humanité après avoir largement dépassé son précédent record de 532 000 km/h.

La sonde de Parker consolide sa position d'objet le plus rapide fabriqué par l'homme.
La sonde Parker Solar Probe de la NASA se dirige vers sa prochaine approche la plus proche du Soleil le 21 novembre. Photo d’archive. | Crédit : NASA

Le projet visant à recueillir des informations sur le Soleil va continuer à se rapprocher de l’étoile.

Cet exploit a été réalisé par la sonde lors de son dixième survol rapproché du Soleil, s’approchant à moins de six millions de kilomètres de l’étoile. Avec ce nouveau record, l’objet a réussi à parcourir une distance étonnante de 163 kilomètres par seconde. Pour donner un exemple, à sa vitesse actuelle, la sonde pourrait aller de Buenos Aires à Mexico en 45 secondes.

Pour effectuer ces approches du soleil, la sonde dispose d’un bouclier thermique qui lui permet de résister à des températures allant jusqu’à 1371 degrés Celsius ou 2500 Farenheit. En plus de ce qui précède, en raison de son orbite, Parker sera boosté à chaque retour vers le soleil, donc cette vitesse incroyable ne sera pas son maximum, au contraire, on s’attend à ce que cet objet augmente beaucoup plus sa vitesse, puisqu’il devrait atteindre 692 000 km/h en décembre 2024.

La sonde Parker consolide sa place d'objet le plus rapide fabriqué par l'homme
Photo d’archive. | Crédit : EFE

La sonde Parker Solar Probe effectue ce type de survol : elle s’éloigne pour se refroidir, puis se relance pour refaire le trajet, cette fois à une vitesse plus élevée et plus près de l’orbite du soleil.

L’objectif de cette mission est de collecter des informations sur notre étoile avec une précision croissante et de renvoyer les données à la Terre via un système appelé « Delay/Disruption Tolerant Networking ».

Comment les données de la sonde solaire sont envoyées sur notre planète

En raison des distances extrêmes entre la Terre et tout dispositif dans l’espace, la transmission de données est une tâche complexe, le délai et la possibilité d’interruption ou de perte de données peuvent être importants. C’est pourquoi le DTN (Delay/Disruption Tolerant Networking) est la solution de la NASA pour créer une interconnexion de réseau fiable.

Pour communiquer sur d’aussi longues distances, la NASA gère deux réseaux de communication constitués de stations terrestres distribuées et de satellites relais spatiaux qui soutiennent à la fois les missions de la NASA et les autres.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité