Technologies

WikiLeaks : 10 ans de prison ferme pour Jeremy Hammond

Jeremy Hammond, le hacker à l’origine de quelque 5 millions de courriels publiés par le site WikiLeaks, vient d’être condamné à 10 ans de prison ferme.

Affaire Stratfor : 10 ans prison pour la source de WikiLeaks

Jeremy Hammond, le hacker d’Anonymous et collaborateur de WikiLeaks âgé de 28 ans, a été condamné aujourd’hui à dix ans de prison pour ses crimes. Il s’agit notamment du vol de millions d’e-mails de diverses entreprises, de la fuite de documents secrets vers WikiLeaks, de la copie de cartes de crédit et du vol de centaines de milliers de dollars donnés sans consentement à des organisations à but non lucratif.

Le gouvernement a notamment utilisé les enregistrements de certaines conversations par messagerie instantanée entre Hammond et d’autres membres d’Anonymous. On peut y lire comment il espérait que la société Stratfor (à laquelle il a volé des informations et de l’argent, mais qu’il a trahie comme responsable de l’espionnage illégal de certains militants) ferait faillite.

Susan Kellman et Sarah Kinstler, les avocates de Jeremy, affirment que le pirate a cherché à suivre les traces de Chelsea Branning (plus connue sous le nom de Bradley avant qu’il ne demande à changer de sexe) en partageant des informations avec le monde entier. Mais selon l’accusation, Jeremy est « responsable de menaces contre la sécurité publique, en particulier avec les forces de l’ordre et leurs familles. »

Jeremy est en détention depuis plus d’un an.

Défendu par Julian Assange et Richard Stallman (qui le qualifie de « bon exemple de hacker socialement responsable »), Jeremy Hammond est devenu le nouveau point de mire d’un débat qui fait rage depuis quelque temps déjà avec WikiLeaks : est-il légitime de divulguer ainsi des informations au public, quitte à dénoncer des crimes ? Il est évident que voler de l’argent est un crime et qu’il devrait y avoir une sanction, et je crains que ces déclarations souhaitant la chute des entreprises attaquées ne l’aident pas beaucoup.

Lorsque WikiLeaks a commencé ses révélations, tout le monde s’interrogeait sur les sources du site. Une de ces sources était Jeremy Hammond, un hacker qui avait réussi à s’introduire dans les serveurs de Strategic Forecasting, une société spécialisée dans le renseignement. Il y avait notamment volé une base de données contenant des millions de courriels, mais aussi de nombreuses coordonnées bancaires.

Après avoir été trahis par un autre hacker, en réalité une taupe du FBI, Jeremy Hammond avait été arrêté en mars 2012. Aujourd’hui, un tribunal de Manhattan vient de le condamner à 10 ans de prison ferme en vertu de la loi antipiratage en vigueur aux États-Unis, c’est-à-dire la peine maximale.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité