20 millions d’Apple Watch dès la première année ?

Selon Crédit Suisse, Apple devrait produire près de 20 millions d’Apple Watch courant 2015.

Alors que l’on ne sait toujours pas quand Apple lancera la commercialisation de son Apple Watch, de nombreux analystes s’essaient au jeu des pronostics. Selon les cabinets Piper Jaffray et Forrester, le fabricant californien pourrait espérer écouler 10 millions d’unités cette année. Ce n’est pas l’avis du Crédit Suisse.

Sur la base de ce sondage, le Crédit Suisse estime donc qu’Apple pourrait vendre près de 20 millions d’Apple Watch dès 2015.
Ce chiffre pourrait sembler dérisoire de prime abord par rapport aux quelque 170 millions d’iPhone vendus en 2014. En fais pas tant que cela.

En effet, lors de leur première année de commercialisation, ni l’iPhone ni l’iPad, n’a réussi à passer la barre des 10 millions d’exemplaires vendus. 20 millions seraient donc un résultat qui exploserait le succès commercial du smartphone ou de la tablette. De fait, la marque à la pomme pourrait enregistrer un joli succès commercial avec son Apple Watch.

Pourtant, certaines inconnues demeurent, comme celui de son prix. En effet, une grande partie du succès de l’Apple Watch pourrait dépendre de son tarif, des prix que l’on sait déjà très variables selon le luxe du modèle.

Pour se forger une idée, la banque suisse a interrogé les possesseurs d’iPhone 6 et 6 Plus au sujet de leur intention d’achat. Le résultat est que :

· 18% des personnes interrogées se déclarent « absolument sûrs » d’acheter l’Apple Watch
· 11% « probablement »
· 27% « peut-être »
· 27% « probablement pas »
· 18% « absolument pas »

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLancement de la bêta de Facebook at work
Article suivantDes paléontologues identifient un reptile marin géant purement écossais

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here