CES 2016 : avec la KeyMission, Nikon vient marcher sur les platebandes de GoPro

Nikon compte se frotter à GoPro sur le marché de l’Action Cam. La KeyMission vient d’être dévoilée à l’occasion du CES 2016.

Habituellement, Nikon ne fait pas d’annonce produit lors du CES. L’édition 2016 est une exception vu que le fabricant japonais d’appareils photographiques a créé la surprise en annonçant le lancement de la KeyMission.

C’est au printemps prochain que la KeyMission sera lancée, une Action Cam 4K UHD à 360°. En clair, cette annonce indique que Nikon compte venir marcher sur les platebandes de GoPro. Pour le moment, les détails techniques sont encore assez flous. On sait déjà qu’elle sera étanche jusqu’à 30 mètres, résistante au gel et aux chocs, et que cette caméra embarquera un système électronique de stabilisation de l’image. Pour le reste, pas de détail, à commencer par son prix.

Alors que la réputation de GoPro n’est plus à faire sur le marché de l’Action Cam, l’arrivée de Nikon pourrait changer les choses. En fait, peut-être pas. Sur ce marché spécifique, la réputation compte plus que la qualité du produit. De fait, le fabricant japonais d’appareils photographiques pourrait parfaitement avoir de la peine à percer sur le marché de l’Action Cam. Mais ne vendons pas non plus la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Il faut attendre d’en savoir plus au sujet de la KeyMission pour avoir un avis plus précis à son sujet.

Il est à noter que le slide de présentation indique « le premier produit annoncé ». Cela augure non pas une Action Cam, mais une gamme. Est-ce que plusieurs modèles seront proposés au moment du lancement ? C’est une autre interrogation au sujet de la KeyMission.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGalaxy TabPro S : Samsung veut concurrencer la Surface Pro de Microsoft
Article suivantCES 2016 : Samsung place ses téléviseurs au cœur de la maison connectée

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here