6 étudiants toulousains sont arrivés sur Mars… en simulation

Six étudiants de l’école d’ingénieurs ISAE-Supaero de Toulouse sont au milieu du désert de l’Utah. Ils vont y vivre pendant 15 jours pour simuler une mission du Mars. L’aventure a commencé vendredi soir à minuit.

Les six étudiants toulousains de la mission MDRS Supaero Crew 164 sont arrivés sur Mars. Au lieu de parcourir les 400 millions de kilomètres pour rejoindre la planète rouge, ils n’ont parcouru que 8 951 kilomètres pour atteindre le désert de l’Utah. S’ils vont séjourner dans ce désert, c’est parce que ses conditions géologiques et thermiques ressemblent à celles de Mars.

Les volontaires de l’école d’ingénieurs ISAE-Supaero de Toulouse seront enfermés pendant 15 jours dans la Mars Desert Research Station, une capsule de huit mètres de diamètre. Ils devront se débrouiller avec de l’eau et de la nourriture rationnées, s’équiper d’un scaphandre pour sortir, subir des latences avec les communications pour que la simulation soit cohérente avec une véritable mission sur Mars. « Ces missions de simulation sont capitales, car avant d’envoyer un équipage dans l’espace, il est crucial que tout ait été testé au sol au préalable », rappelle l’astronaute français Michel Tognini.

La mission MDRS Supaero Crew 164 va durer 15 jours. Elle a débuté vendredi soir sur le coup de minuit. Ces deux semaines en vase clos vont servir à évaluer la cohabitation, mais aussi de réaliser des expériences scientifiques. Il s’agit notamment de mettre en œuvre une plate-forme pour la prise de mesures en terrains accidentés et d’expérimenter des lunettes à réalité augmentée. Pendant ces quinze jours, les étudiants toulousains n’auront donc pas le temps de s’ennuyer.

Il est à souligner que les volontaires pour cette mission ont été sélectionnés par la Mars Society, une organisation qui veut promouvoir l’exploration de la planète Mars. S’ils sont six à réaliser cette simulation, ils étaient des milliers au départ à avoir tenté leur chance d’y participer.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe SUV Ford Kuga devient plus viril dans sa version 2016
Article suivant3 bras c’est mieux que 2 pour jouer à la batterie

Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j’ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l’information et l’actualité. De fil en aiguille, j’ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l’amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m’intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l’univers, ce qui s’est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l’impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l’impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here