Accusations de la Commission européenne : Google réagit

La commissaire chargée de la concurrence à l’Union européenne avait présenté son accusation contre Google lundi dernier. Google a répondu très vite après la publication de cette communication. Compte-rendu de son argumentaire.

Bruxelles : Google abuse de sa position dominante acquise grâce à Android

L’accusation de la Commission européenne réside dans l’abus de position dominante exploité par Google. Celui-ci profiterait de l’utilisation massive d’Android comme système d’exploitation par les constructeurs de smartphone pour imposer ses applications et booster son chiffre d’affaires. La commissaire à la concurrence avait expliqué cette attitude dans un contexte de forte concurrence d’entre les acteurs de l’internet mobile : « Il est de plus en plus important pour les consommateurs et les entreprises en Europe que la concurrence puisse s’exercer dans le secteur de l’internet mobile. Au stade actuel de notre enquête, nous pensons que par son comportement Google prive les consommateurs d’un choix plus large d’applications et de services mobiles et que l’entreprise freine l’innovation émanant des autres acteurs, en violation des règles de concurrence de l’UE. »

Obligation d’utiliser les applications Google préinstallées

Ce que la Commission reproche à Google est donc qu’il oblige les marques de smartphone à acquérir tout un ensemble d’applications développées par la firme californienne et qui sont donc installées par défaut sur l’engin. Il s’agit de Google Chrome, Google Search, Google Play Store, entre autres. Google profite donc de son système d’exploitation pour bloquer les applications concurrentes. Cela vaut d’autant plus pour son moteur de recherche puisque l’accusation de Bruxelles fait référence à un contrat signé avec les sociétés de smartphone pour qu’il soit le seul installé.

Réponse de Google : aucune obligation

Le but de cette communication des griefs étant de donner l’opportunité à Google de se défendre avant que la sentence ne soit donnée, la réponse de la firme de Mountain View ne s’est pas fait attendre. Elle a été transmise par un communiqué publié par Google : http://googlepolicyeurope.blogspot.fr/2016/04/androids-model-of-open-innovation.html .

Android est tout de même gratuit !

Selon Google, il est parfaitement possible d’exploiter Android sans utiliser les applications Google. Les utilisateurs d’Android peuvent toujours opter pour d’autres applications que celles développées par Google, et il y en a une myriade sur le Play Store. Comme le démontrent la Corée et la Chine où certains constructeurs ont décidé de ne pas intégrer les offres de Google. Et ce dernier n’en entrave pas la vente de leurs smartphones.

Google a aussi insisté sur la gratuité d’Android qui permet aux constructeurs de proposer un système d’exploitation de qualité et adaptable à une large gamme de smartphones sans que cela augmente leurs coûts. La firme avoue tout de même que cette gratuité est compensée par le prix des applications préinstallées, ce qui explique qu’elles soient proposées automatiquement.

Prochaine étape : la réponse de la Commission européenne par sa commissaire de la concurrence Margrethe Vestager.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here