Achats de Noël : le difficile choix des tablettes numériques

Noël approche à grands pas et l’idée de glisser une tablette sous le sapin est sûrement en train de traverser l’esprit de beaucoup de monde. La question est bien évidement de se retrouver dans la pléthore d’offres, un choix difficile.

Offrir une tablette numérique pour Noël est une idée très tendance, mais quel produit choisir ? Avant de pouvoir espérer y répondre, il faut déjà connaitre l’offre.

Globalement, l’offre se divise en trois familles. La première, la plus luxueuse, est l’offre Apple. Soit en version 10 pouces, l’iPad Air, ou en version 7 pouces, l’iPad Mini, les produits à la pomme sont des références en la matière. Avec des tarifs d’échelonnant de 400€ à 900€, les iPad peuvent aussi compter sur une impressionnante boutique d’applications.

La seconde famille s’articule autour du système d’exploitation Android, une gamme nettement moins onéreuse. Pour ne citer que les Nexus 7 et Nexus 10, l’offre est pléthorique pour un excellent rapport performances/prix.

Pour finir, la troisième famille est celle qui est basée sur Windows. Moins riche du point de vue applicatif que les deux autres familles, cette gamme de produits bénéficie de l’immense avantage d’appartenir à l’écosystème Microsoft, ce qui facilite grandement une utilisation similaire sur tous les systèmes.

Ce résumé est quelque peu succinct, mais résume parfaitement le choix. Plus que les caractéristiques pures, ce sera certainement l’écosystème de la tablette et son rapport performances/prix qui seront au cœur de toutes les attentions. À ce sujet, il faut préciser qu’opter pour du très bon marché n’est pas forcément un bon choix, car les produits de ce genre sont souvent très décevants.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBouygues Telecom : de la 4G dans l’offre des cartes prépayées
Article suivantFacebook : déjà utilisé BitStrip pour créer votre propre BD ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here