Alpine Vision Gran Turismo : Renault présente un modèle à l’échelle 1:1

Bien que conçu pour le jeu vidéo Gran Turismo 6, Renault présente une Alpine Vision Gran Turismo à l’échelle 1:1.

À l’instar des autres concepts-car implantés dans le jeu vidéo Gran Turismo 6, l’Alpine Vision Gran Turismo conçue par Renault adopte un style extrêmement futuriste qui n’est pas sans ressembler à la Batmobile, que cela soit par sa silhouette extrêmement basse, longue et étirée à l’arrière, sans oublier ses ailes caractéristiques. La découpe latérale des arceaux fait par contre penser à la dernière R.S. 01 et au modèle Eolab, un trait de caractère qu’on devrait retrouver sur les futures créations de Renault.

Virtuelle pour le jeu Gran Turismo 6, cette Alpine Vision Gran Turismo est tout ce qu’il y a de plus réel au Festival automobile international de Paris qui a lieu aux Invalides du 28 janvier au 1er février. En effet, Renault expose à cette occasion un modèle à l’échelle 1:1.

Comme le laissait présager le modèle virtuel, la version réelle ne déçoit pas avec ses passages de roue très marqués et proéminents, son profil allongé qui ne laisse pas.

Équipé d’un V8 de 4,5 litres situé en position centrale arrière, ce bolide vaut son pesant d’or vu qu’il dispose d’une puissance de 450 chevaux à 6 500 tr/min pour un couple de 580 Nm à 2 500 tr/min, ce qui permet à cette voiture de 900 kg d’atteindre les 320 km/h en vitesse maximale.

Alors que cette maquette à l’échelle 1:1 ne roulera jamais, ce concept-car préfigure le retour d’Alpine au premier plan d’ici quelques mois, même si le modèle qui sera présenté n’aura certainement pas grand-chose à voir avec cette Alpine Vision Gran Turismo.

Il est à noter que les fans de Gran Turismo 6 pourront la conduire dès le mois de mars, après la prochaine mise à jour du jeu.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPhoto nue : Taylor Swift se moque du chantage de son pirate
Article suivantIntelligence artificielle : Bill Gates s’inquiète aussi des risques

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here