Amazon étend son service Cloud Drive aux mobiles

Par l’intermédiaire d’une application pour iOS, Android et Fire OS, Amazon étend son service Cloud Drive aux appareils mobiles.

Comparativement aux outils proposés par Dropbox, Google Drive ou Microsoft OneDrive et autres, Amazon était en retrait au niveau de son offre de stockage dans le nuage vu que son service Coud Drive ne disposait pas d’application mobile. Cette lacune est désormais comblée, du moins en partie.

En effet, Amazon vient de proposer, coup sur coup, des applications mobiles Cloud Drive pour iOS, Android et Fire OS.

Si ces sorties marquent à réel progrès sur ce marché très concurrentiel, il est tout de même bon de souligner que les applications proposées sont relativement basiques, donc toujours en retrait par rapport à la concurrence. Mais l’important, pour le moment, est d’être disponible sur les appareils mobiles. Par la suite, ces applications devraient normalement évoluer vers quelque chose de plus complet.

Il est par exemple encore impossible d’éditer des fichiers, d’en uploader, d’effectuer une synchronisation automatique, de les déplacer ou d’éditer leurs métadonnées.

Pour venir titiller la concurrence sur le marché du cloud, Amazon devra aussi faire des efforts sur son offre gratuite. Alors que Google Drive propose 15 Go, One Drive de Microsoft 15 Go, 16 Go pour Dropbox par le biais des parrainages, Cloud Drive fait triste mine avec seulement 5 Go gratuits.

Alors que Microsoft propose des offres de stockage pour 1,99 euro/mois les 100 Go, 3,99 euros/mois les 200 Go et 7 euros/mois pour 1 To, que Dropbox facture le téraoctet à 9,99 euros par mois, les 8 euros/an pour 20 Go, 20 euros/an pour 50 Go, 40 euros/an pour 100 Go, 80 euros/an pour 200 Go, 200 euros/an pour 500 Go ou encore 400 euros/an pour 1 To d’Amazon semblent comparativement bien cher. Ce n’est pas le stockage illimité des photos pour les abonnés au service Amazon Premium qui va changer grand-chose.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRavitaillement de l’ISS : fin de la série noire !
Article suivantUbisoft ne veut plus downgrader ses jeux !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here