Android M : un OS 100% pour les voitures

Alors que l’on s’attendait au déploiement dans les voitures d’Android Auto, Google serait en train de plancher sur Android M, une nouvelle version du système d’exploitation pour voitures qui ne passerait plus par un smartphone.

Au même titre que l’AppleCar, on s’attendait à ce qu’Android Auto fasse son apparition dans les voitures dans les mois à venir. Tant le système d’Apple que celui de Google nécessite la présence d’un smartphone pour pouvoir retrouver son interface à bord de sa voiture. En fait, Tant AppleCar qu’Android Auto sont avant tout des systèmes conçus comme une interface, c’est-à-dire un autre moyen de lire ses messages et de profiter de ses applications sur un média externalisé.

Ce concept semblerait désormais dépassé pour Google. En effet, selon l’agence Reuters, la firme de Mountain View serait actuellement en train de plancher sur une nouvelle version de son système d’exploitation mobile. Actuellement baptisée Android M, cette version 100% pour les voitures aurait comme principale particularité de ne pas nécessiter de smartphone pour pouvoir fonctionner.

Alors que les automobilistes américains passent en moyenne une heure par jour dans leur voiture, Android M serait un moyen pour Google de s’accaparer de nouveaux utilisateurs. L’autre stratégie de cette démarche est la firme de Mountain View pourrait par ce biais accéder à d’autres données sur les utilisateurs, comme la géolocalisation du véhicule par exemple.

Au même titre qu’AppleCar ou Android Auto, la grande question sera de savoir si Android M va séduire les constructeurs automobiles.

Il est encore à préciser que Google a pour le moment refusé de commenter cette information.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMission Rosetta – Philae : ils répondent aux questions
Article suivant12% d’hyperconnectés français utilisent quatre écrans

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here