Apple : condamné à innover

Quel est l’avenir d’Apple ? Pas très reluisant si la firme à la pomme ne parvient plus à innover. C’est simple, Apple est condamné à innover.

Dans le monde impitoyable de l’électronique grand public, l’innovation et la différenciation sont les moteurs de la réussite, surtout sur un marché où la concurrence devient chaque jour de plus en plus agressive. Quelle va donc être la réaction d’Apple dans cette impitoyable jungle ?

Commercialisé à partir de 2001 et vendu à plus de 275 millions d’exemplaires, l’iPod détient quasiment un monopole sur son marché, mais ne représente plus que 2% de son chiffre d’affaires. Sorti en 2007, l’iPhone a été le digne successeur en matière d’innovation au point de représenter la moitié des ventes de la société. Malgré ce succès, cette part s’effrite continuellement depuis l’arrivée de l’iPad, à partir de 2010, une tablette numérique qui s’octroie déjà 20% les revenus de la firme californienne.

Comme on le constate, les nouveaux produits ont chaque fois permis de relancer les ventes et le chiffre d’affaires. La question qui se pose dorénavant est de savoir ce que va proposer maintenant Apple comme nouveau pilier pour son innovation, un nouveau produit étant de plus en plus obligatoire, surtout face à la montée en puissance des concurrents.

Si tout le monde évoque l’iWatch, cette montre connectée, ce nouveau produit n’aura toutefois pas la même avance que l’iPod, l’iPhone ou l’iPad. En effet les concurrents fourbissent déjà leurs armes. Il faudra donc qu’Apple frappe fort en matière d’innovation, mais est-ce que la firme de Cupertino est encore capable de le faire alors que de plus en plus de monde considère qu’elle « stagne » du point de vue de l’innovation ?

Si le marché attend impatiemment, c’est également le cas des investisseurs qui ne cessent de faire reculer la valeur du titre Apple. Alors possible ? Impossible ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiPhone : pourquoi ne pas l’utiliser comme tableau de bord de son scooter ?
Article suivantReconnaissance faciale : l’aéroport de Dubaï innove
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here