Apple Pay : pas si convaincant que cela pour les commerçants

Certes, plus d’un million de cartes de crédit ont été activées durant les trois premiers jours qui ont suivi le lancement d’Apple Pay. Malgré cela, le système ne convaincrait bas autant que cela les commerçants. apple-pay-pas-convaincant-cela-les-commercants

C’est le 20 novembre dernier qu’Apple a lancé aux États-Unis son Apple Pay, son système de paiement sans contact. Comme si en est félicité Tim Cook, plus d’un million de cartes de crédit ont été activées durant les trois premiers jours qui ont suivi le lancement du service.

Apple Pay semble plaire vu que les principales banques américaines, les grands groupements de cartes (Visa, MasterCard …) et des enseignes telles que les grands magasins Macy’s ou les restaurants rapides McDonald’s ont partenaires du projet. Dans la réalité tout n’est pas si idéal que cela.

C’est ainsi que d’autres grands groupes boudent Apple Pay, il s’agit par exemple des supermarchés Wal-Mart et Target, des magasins d’électronique Best Buy, des pharmacies CVS et Rite-Aid, etc. Le hic est que la marque à la pomme a pensé son service de paiement pour les consommateurs, sans se préoccuper des commerçants.

De fait, comme l’explique Avivah Litan, une analyste du cabinet Gartner, des enseignes comme McDonald’s y trouvent leur compte, car le système d’Apple permet de gagner du temps et chaque fraction de seconde a un effet sur les bénéfices. Pour d’autres commerces, l’avantage est d’être partenaire du projet qui est actuellement en vogue aux États-Unis.

Comme le souligne Denée Carrington., de nombreuses enseignes préfèrent refuser Apple Pay, car le service ne lui apporte aucune plus-value, car ils perdent les données clients alors que les frais de transaction sont inchangés.

De fait, de nombreuses sociétés ont adhéré au consortium MCX, un projet qui vise à proposer le système de paiements mobile CurrentC dès l’année prochaine. Le premier argument de poids de ce nouveau système est qu’il leur coûtera moins cher aux commerçants, c’est-à-dire moins que les 2% à 3% facturés par les émetteurs de cartes de crédit.

L’autre avantage de CurrentC est qu’il va s’intégrer dans les programmes de fidélité des enseignes, ce que ne permet pas de faire Apple Pay où les données personnelles sont hyper protégées, idéal pour la sécurité contre le piratage, contre-productif pour les entreprises qui cherchent à fidéliser leurs clients.

Le dernier gros avantage de CurrentC est qu’il sera compatible avec pratiquement tous les téléphones, ce qui n’est de loin pas le cas d’Apple Pay.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentJessica Chastain dans le rôle de l’épouse de Steve Jobs ?
Article suivant#Bendgate : est-ce qu’Apple a modifié son iPhone 6 Plus ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here