Apple Watch : les copies inondent la Chine

Ce n’est que depuis ce vendredi 24 avril qu’il sera possible d’avoir une Apple Watch. Pourtant, depuis plusieurs semaines, de nombreux Chinois en portent déjà une au poignet, en fait des copies.

Si Apple compte bien cartonner avec son Apple Watch, c’est aussi le cas de tous les fabricants de contrefaçons. En effet, la montre officielle ne sera lancée que ce vendredi, pourtant de nombreux Chinois arborent déjà des copies au poignet depuis plusieurs semaines.

Si les sous-traitants Apple tournent à plein régime pour satisfaire la demande, c’est également le cas des autres usines qui proposent des montres aux fonctionnalités et au design similaires, bien évidemment à un prix défiant toute concurrence.

« Nos montres ont toutes les fonctionnalités de l’Apple Watch, et même les surpassent ! », estime par exemple Zheng Yi, un entrepreneur sur un site industriel de Shenzhen. Il fait remarquer que ses bracelets fonctionnant avec Android « permettent de téléphoner, de naviguer sur internet et même de visionner des films ». « Cela fait huit ans que nous travaillons sur ces « montres intelligentes », bien avant Apple ! », précise-t-il encore.

Alors que les iPhone sont particulièrement populaires en Chine, il sera vraisemblablement de même pour l’Apple Watch. Mais la concurrence s’annonce rude vu que la montre officielle est proposée à un prix minimum de 2 588 yuans (395 euros) alors que les contrefaçons sont vendues six fois moins cher.

Par exemple, sur les lignes de production d’YQT Electronics, une centaine d’employés produisent 2 000 montres connectées par jour, ce qui peut sembler dérisoire par rapport aux 7 millions de précommandes annoncées. Mais en sachant que cette entreprise n’est qu’une petite société et qu’elle n’est pas seule…

Le «Top 3» des copies d’Apple Watch :

Un test d’une copie de l’Apple Watch :

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentISIS Viséo : un véhicule « Transformer » pour la police d’Evry !
Article suivantProject Fi : Google devient MVNO

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here