Areva : Ségolène Royal veut « une filière forte du nucléaire »

Alors qu’Areva a annoncé une perte nette approchant les 5 milliards d’euros pour 2014, Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie et de l’Énergie annonce qu’elle souhaite constituer« une filière forte du nucléaire ».

La semaine dernière déjà, la presse française avait envisagé qu’Areva pourrait annoncer une perte supérieure à 4 milliards d’euros, en faisant remarquer que l’État n’envisageait pas le renflouement financier de l’entreprise pour le moment.

Ce lundi 23 février, le groupe nucléaire français Areva a annoncé une perte nette approchant les 5 milliards d’euros pour 2014 en soulignant que « la situation est difficile ». D’une manière provisoire, en attendant la publication de ses résultats annuels le 4 mars prochain, le groupe avance une perte nette à 4,9 milliards d’euros.

Alors que la perte avait été de 500 millions d’euros en 2013, la situation s’est donc passablement aggravée l’année dernière en raison d’une augmentation de ses provisions et d’une dépréciation de la valeur de certains actifs.

Alors que l’État français contrôle près de 87% d’Areva, Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie et de l’Énergie a annoncé son intention de constituer« une filière forte du nucléaire » en créant des synergies entre EDF, le Commissariat à l’énergie atomique, et le groupe nucléaire français Areva.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentT-Mobile : un écran incurvé pour le Galaxy S6 ?
Article suivantMaroc Telecom : l’international compense le local

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here