Attentats à Paris : Facebook active son outil « Safety Check »

Pour aider les nombreuses personnes inquiètes de savoir l’état de santé de leur famille, proches ou connaissance, Facebook a activé son outil pour les catastrophes suite aux attentats meurtriers de Paris.

Suite au terrible tsunami qui avait mutilé le Japon, Mark Zuckerberg avait déclaré : « le tremblement de terre et le tsunami de 2011 nous ont inspiré cette fonction dont la première version a été construite pour le Japon » en annonçant le lancement d’un outil spécifique pour que les gens puissent facilement est rapidement avertir leurs amis avec un « Je suis en sécurité ».

Même s’il a certainement été espéré qu’un tel outil ne doive jamais être utilisé, Facebook a déjà activé son Safety Check à plusieurs reprises, comme lors du séisme au Népal où cela avait été sa première utilisation.

Le Safety Check activé deux heures après les attentats

Suite aux attentats meurtriers de Paris, Paris a rapidement activé son outil Safety Check. En effet, il était opérationnel à partir de 23h00, vendredi soir.

Concrètement, toutes les personnes disposant d’un compte Facebook et localisées à Paris peuvent utiliser l’outil pour envoyer une notification à leurs proches pour signaler qu’ils vont bien.

Il est à souligner qu’avec ces attentats de Paris, c’est la cinquième fois que Facebook active son Safety Check.

Facebook solidaire avec la France

Le réseau social a non seulement activé son Safety Check pour permettre aux personnes d’indiquer qu’elles vont bien, Facebook a aussi tenu à être solidaire avec toutes les familles en deuil et les proches inquiets en habillant aujourd’hui son image de profil d’un drapeau français.

Toutes ces initiatives ne feront pas revenir les personnes décédées, mais elles contribuent à apaiser la souffrance en montrant simplement sa solidarité.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNintendo annonce la réédition de nombreux classiques pour 2016 : Zelda, Pokémon, Dragon Quest, …
Article suivantAttentats à Paris : les proches inquiets se tournent vers les réseaux sociaux

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here