Avec la Powerwall, Tesla s’attaque au marché des batteries domestiques

Tesla a officiellement présenté la Powerwall, une batterie dédiée aux applications domestiques et aux entreprises.

Tesla veut non seulement proposer des véhicules électriques, mais aussi diversifier ses activités en proposant une batterie dédiée aux applications domestiques et aux entreprises. La Powerwall est une batterie domestique lithium-ion rechargeable par énergie solaire ou via le réseau électrique.

« Notre but est de changer fondamentalement la manière dont le monde utilise l’électricité […] avec une transformation totale des infrastructures énergétiques de la planète », a déclaré Elon Musk, le Directeur général de Tesla, en conférence de presse.

La Powerwall est une batterie qui se loge dans un garage ou sur le mur d’une maison afin de rendre autonomes les habitations équipées de panneaux solaires. Elle stocke l’électricité accumulée via l’énergie solaire et permet la régulation des usages électriques. Elle peut aussi se recharger sur réseau aux heures creuses de la nuit.

Cette nouvelle vision de l’énergie à un prix vu Tesla annonce la commercialisation de la Powerwall pour 3 500 dollars en configuration de 10 kWh et de 3 000 dollars pour la version 7 kWh. La batterie sera mise sur le marché à l’été 2015 aux États-Unis et en 2016 pour le reste du monde.

SolarCity, le leader américain de l’énergie solaire domestique et partenaire commercial de Tesla, a ouvert les commandes.

De l’avis de la Deutsche Bank, un chiffre d’affaires de 4,5 milliards de dollars est estimé pour Tesla sur ce marché alors que le marché est valorisé à 19 milliards de dollars pour 2017 par IHS.

Lors de la conférence de presse, Elon Musk a refusé à évoquer le fait que ce nouveau segment pourrait supplanter l’activité automobile de l’entreprise ni si Tesla Motors allait transformer sa dénomination en Tesla Energy.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple censure l’application France Musique
Article suivantUne vidéo qui met au prise une Mercedes AMG GT-S et une Porsche 911 Turbo
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here