Bac 2014 : des résultats « un peu moins bons »

Alors que la publication des résultats du Bac 2014 s’achève ce vendredi, le ministre de l’Éducation annonce des résultats « un peu moins bons ».

Chaque académie ayant sa propre organisation de publication des résultats du Bac, tous ne sont pas encore connus alors qu’ils doivent être tous publiés ce vendredi. C’est donc aujourd’hui que les suspens vont s’achever pour les 686 907 candidats au baccalauréat 2014.

Dans un communiqué du ministère de l’Éducation nationale, Benoît Hamon affirme qu’« Il est possible que les résultats soient un peu moins bons », ajoutant que « Quand il y a de bons résultats, on dit qu’on donne le bac, quand les résultats sont moins bons, on dit que le niveau baisse » pour signifier que « Le bac ne se donne pas ! ».

Dans l’académie de Lyon, par exemple, le taux de réussite au bac général est en baisse alors que ceux des voies technologique et professionnelle sont en nette hausse.
Alors que le taux de réussite des candidats effectivement présents à l’examen s’est élevé à 86,9%, toutes voies confondues, en 2013, qu’en sera-t-il en 2014 ? Est-ce que le taux de réussite au bac général va dépasser les 92%, ou les 86,5% du bac technologique, voir les 78,9% du bac professionnel de l’année dernière ?

En attendant, comme chaque année, les lycéens qui se bousculent devant le verdict affichent leurs cris de joie ou de pleurs selon la réussite ou l’échec. Si certains pensent vacances enfin relax ou foot avant l’affiche France-Allemagne, d’autres plongent déjà la tête dans la préparation du rattrapage.

Les résultats du bac commencent à tomber, peut-être "un peu moins bons"
Des candidats au baccalauréat planchent le 16 juin 2014 à Strasbourg.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook admet son erreur de communication pour son étude
Article suivantEspace : deux exoplanètes étaient en réalité des « mirages »

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here