BAC 2015 : une pétition contre le « carnage » de l’épreuve de physique-chimie

Les candidats de Terminale scientifique se plaignent du niveau de l’épreuve de physique-chimie en la qualifiant de « carnage ». Une pétition a été lancée pour demander « une certaine clémence ».

L’année dernière, c’était l’épreuve de mathématiques qui était jugée trop relevée, c’est l’épreuve que de physique-chimie qui est concernée lors de la session 2015.

Les 170 000 candidats de Terminale S qualifient cette épreuve de « carnage » en faisant référence à trois questions qui étaient, selon eux, « quasiment intraitables pour un élève lambda ». Ils les décrivent comme « trop ambiguës », « dénuées de sens », « non guidées », « trop ouvertes » et même « hors-programme ».

Pour demander « une certaine clémence » aux correcteurs de l’épreuve de physique-chimie, une pétition en ligne a été lancée. À l’heure actuelle, elle a déjà recueilli plus de 5377 soutiens sur change.org.

On apprend aussi que des correcteurs de l’Académie de Rennes ont fait remonter des copies tests, avec des moyennes catastrophiques. Un correcteur anonyme a même confié à Ouest-France qu’il y avait « moins de 8 de moyenne ».

Le ministère de l’Education Nationale a par ailleurs confirmé un changement de barème pour l’épreuve, mais sans avoir encore officiellement communiqué à ce sujet.

Les professeurs de l’Union des Professeurs de physique-chimie dénoncent un manque de « stabilisation des exigences de l’examen autour d’un type d’épreuve qui puise ses racines dans les programmes officiels » en faisant part de leur mécontentement au groupe physique chimie de l’Inspection générale de l’Education nationale. Dans cette lettre ouverte, ils déplorent qu’ils « ne peuvent pas préparer correctement leurs élèves ».

De plus, les professeurs se sentent aussi humiliés d’avoir reçu « deux jours après les commissions d’entente, un nouveau barème de correction à appliquer ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPikes Peak : une voiture électrique remporte la plus célèbre course de côte au monde
Article suivantNokia : des smartphones en collaboration avec Foxconn

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here