Cancer : il faut éviter le poisson gras avant une chimiothérapie

Selon une étude, consommer des acides gras oméga-3 trouvés dans les poissons gras peut arrêter le travail des médicaments de la chimiothérapie.

Prendre des suppléments d’huile de poisson pour améliorer sa santé peut être une bonne chose, sauf lorsqu’on doit suivre une chimiothérapie. Des chercheurs publient une étude qui prouve que les acides gras oméga-3 trouvés dans le poisson gras, comme le maquereau et le hareng, pouvaient arrêter le travail des médicaments de la chimiothérapie.

C’est ainsi que les scientifiques du Netherlands Cancer Institute recommandent d’éviter de manger du poisson ou de prendre des suppléments d’huile de poisson avant une chimiothérapie.

« Nos résultats démontrent que l’activité biologique de divers acides gras et leurs récepteurs soulève des préoccupations lors de l’utilisation simultanée de la chimiothérapie et d’huile de poisson », a déclaré le Dr Emile Voest. « Selon nos constatations, et jusqu’à ce que d’autres données soient obtenues, nous conseillons aux patients d’éviter temporairement l’huile de poisson la veille d’une chimiothérapie, jusqu’au jour suivant ».

Keith Jones, professeur de chimie de synthèse à l’Institut de recherche sur le Cancer, tempère cette étude. « Il s’agit d’une étude très préliminaire qui extrapole entre des sujets humains en bonne santé et d’autres, atteints de cancer. D’autres études sont nécessaires avant de clairement conseiller les patients ». Au sujet des essais faits sur les souris, il dit aussi : « Il n’y a aucune preuve que les souris métabolisent cet acide gras de la même manière que les humains ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCorée : une application contre la barrière linguistique
Article suivantDe la Pangée à aujourd’hui : une vidéo qui montre 200 millions d’années d’évolution

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here