Chevrolet : une nouvelle Camaro pour concurrencer la Mustang

En dévoilant la Camaro de 6e génération, Chevrolet a présenté une sportive qui va concurrencer directement la Ford Mustang.

Entre la Ford Mustang et la Chevrolet Camaro, le marché de la sportive américaine a droit à deux sacrés prétendants. Ces deux modèles suivent la mode du temps, en s’étant convertis au downsizing : la réduction de leur cylindrée pour consommer moins de carburant.

Alors que Ford avait déjà dévoilé l’actuel Mustang, Chevrolet vient tout juste de dévoiler la 6e génération de sa Camaro.

Cette nouvelle voiture embarque un « petit » 4 cylindres en ligne, un 2.0 turbo à essence à injection directe, piquée à la Cadillac ATS, délivrant 275 chevaux. Vu que cette version a perdu 5,7 centimètres en longueur et 90 kilos, cette motorisation suffit pour lui donner d’honnêtes performances, soit un 0 à 100 km/h en environ 6 secondes.

Pour les adeptes de plus de fougue, il existe aussi l’option du nouveau 3.6 V6 de 335 chevaux à injection directe et système de coupure partielle des cylindres à faible charge, sans oublier le gros V8 6.2 litres atmosphériques à injection directe, empruntée à la nouvelle Corvette, développant 455 chevaux.

Tous les moteurs sont couplés soit à une boîte manuelle 6 rapports, ou soit à une boîte automatique 8 rapports.

Reposant sur une plate-forme dérivée de celle de la Cadillac CTS, cette propulsion dispose d’un train avant McPherson et d’un essieu arrière multibras. Chevrolet annonce une voiture 28% plus rigide que le modèle précédent.

La commercialisation de la nouvelle Camaro est annoncée pour la fin de l’année aux États-Unis, puis dans d’autres pays.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUnited Airlines : des billets d’avion pour ceux qui découvriront des failles
Article suivantLe Petit Robert : « beuh », « boloss » et autres nouveautés de l’édition 2016

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here