Chine : la preuve de la censure internet

Si la censure de l’internet en Chine est connue, des chercheurs de Harvard ont réussi à en comprendre certains mécanismes de cette censure grâce à une fausse plateforme communautaire.

Professeur de sciences politiques à l’université de Harvard, Gary King s’est associé à deux de ses collègues, Jennifer Pan et Margaret Roberts, pour créer un site de socialisation chinois fictif. Le but de cette fausse plateforme communautaire était de comprendre le fonctionnement de la censure en Chine. Les résultats obtenus ont été aussi probants que surprenants.

Alors que la croyance pensait que la censure chinoise émane d’un organisme central, cette étude a permis de révéler qu’elle se base réalité sur un marché capitaliste très dynamique. En effet, ce sont des entreprises qui se font concurrence pour offrir la meilleure technologie et les meilleurs services de suppression de contenu.

C’est ainsi que les logiciels proposés aux chercheurs pour gérer leur site intégraient des outils complexes pour automatiser la censure en ligne, comme la censure des nouveaux messages publiés en fonction de mots clés, des traitements différenciés en fonction de leur longueur ou de la position dans la conversation, ou encore le ciblage de personnes en particulier selon son adresse IP ou sa réputation au sein de la communauté.

De plus, selon ses informations fournies, une entreprise qui souhaite se lancer dans ce domaine doit impérativement embaucher deux à trois censeurs par tranche de 50 000 internautes pour satisfaire le gouvernement chinois. C’est pour cette raison que les chercheurs américains estiment que la Chine emploie entre 50 000 et 75 000 censeurs.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAndroid : forte croissance des cybermenaces
Article suivantiOS 7 : déjà trois mises à jour en perspective
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here