CHU de Clermont-Ferrand : polémique autour d’une fresque représentant un viol

La photo d’une fresque représentant un viol au CHU de Clermont-Ferrand est en train de créer la polémique.

Bien que le viol ne soit pas de l’humour, une fresque représentant une Wonder Woman violée par plusieurs super héros pourrait l’être pour certaines personnes. Cette fresque « existait depuis plusieurs années sur l’un des murs de la salle de repos des internes » selon l’avocat du syndicat des internes de Clermont-Ferrand.

En réponse à la loi santé de Marisol Touraine, des médecins ont par la suite enrichi cette fresque de dialogues violents et salaces, par exemple : « Tiens, la loi santé », « prends la bien profonde ».

C’est le weekend dernier qu’une photo de cette fresque a été publiée sur la page Facebook du collectif « Les médecins ne sont pas des pigeons ». Bien que rapidement retirée, cela a suffi à déclencher la polémique.

Sans commentaire, le CHU de Clermont-Ferrand a confirmé l’existence de cette fresque. Dans l’après-midi, il a publié un communiqué indiquant que le président des internes avait été convoqué par le directeur général de l’hôpital, le Doyen de la faculté de médecine et le président de la Commission médicale d’établissement. « Il lui a été enjoint d’effacer dans la journée cette peinture murale et de publier un communiqué condamnant sans réserve sa diffusion ».

Cette décision du CHU ne suffira peut-être pas à calmer la polémique vu que le communiqué annonce également que « des suites juridiques adéquates, disciplinaires, voire judiciaires sont engagées à l’encontre du ou des auteurs présumés de ces agissements inacceptables et condamnables ».

Les retombées de cette affaire semblent d’ores et déjà tentaculaires vu que Laurence Rossignol, la secrétaire d’État chargée de la Famille, a déjà manifesté sa réprobation sur Twitter, tout comme les associations féministes. Utiliser « la représentation d’un viol pour montrer leur mécontentement vis-à-vis d’une ministre et de sa loi » est particulièrement dénoncé.

L’Ordre des Médecins a affirmé « condamner la réalisation et la diffusion de cette fresque» et devait publier un texte en ce sens sur son site dans la journée. Il a précisé que le conseil départemental de l’Ordre des Médecins a rencontré le doyen du CHU de Clermont-Ferrand et le Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé pour décider des mesures à prendre après cette affaire ».

L’entourage de la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, Marisol Touraine rapporte pour sa part qu’elle avait trouvé cette fresque « choquante » et qu’elle estimait que « l’esprit carabin ne peut pas la justifier ».

Bruno Le Roux, le chef de file des députés socialistes, condamne également cette fresque qui « met en scène le viol collectif de la loi ». Considérant qu’il s’agit d’une « nouvelle dérive odieuse de la campagne menée contre Marisol Touraine », il demande « à ce qu’il soit mis un terme au lynchage médiatique et aux campagnes immondes menées çà et là à l’occasion de la future loi santé ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentThe Sun renonce aux seins nus de sa page 3
Article suivantGalaxy S6 : un lecteur d’empreintes intégré au bouton d’accueil ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here