Cloud Computing : est-ce que la multiplicité des offres est synonyme de démocratisation ?

Initialement essentiellement réservées aux entreprises, les offres de Cloud Computing ne cessent de se multiplier. Touchant une clientèle de plus en plus large, est-ce que le stockage dématérialisé se démocratise ?

Le Cloud Computing consiste à dématérialiser le stockage de ses données sur des serveurs distants outre le fait de centraliser ce stockage, cela permet aussi de synchroniser ses données depuis plusieurs appareils, que cela soit son ordinateur, sa tablette ou son smartphone. De fait, les offres de Cloud Computing ne cessent de se multiplier.

Initialement essentiellement réservées aux entreprises, ces offres s’adressent de plus en plus au grand public, avec par exemple des services comme Dropbox. Mais la concurrence est aujourd’hui rude avec Cloudwatt, Mega, iCloud, Skydrive, Google Drive ou encore HubiC.

Avec des offres gratuites proposant jusqu’à plusieurs dizaines de Go de données, des offres pouvant aller encore plus loin lorsqu’elles sont payantes, le Cloud Computing semble donc en plein essor.

La seule petite ombre au tableau se situe au niveau de la sécurité et la confidentialité des données, surtout en plein scandale PRISM. Sans qu’elle soit infaillible, la réponse se trouve dans le cryptage des données. Si certaines solutions proposent un stockage crypté, d’autres ne le proposent pas. Dès lors, il convient de prêter une attention particulière aux conditions de stockage proposées avant de faire son choix.

Et vous, déjà craqué pour une solution de Cloud Computing ?

Google va ajouter « d'ici la fin du mois » des fonctionnalités musicales à son prototype de lunettes interactives.
Google va ajouter « d’ici la fin du mois » des fonctionnalités musicales à son prototype de lunettes interactives.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTwitter : après l’euphorie, la monétisation
Article suivantGoogle Glass : une seconde génération avec la musique en plus

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here