Construction : des robots-termites bientôt sur les chantiers ?

Est-ce que l’avenir des ouvriers de la construction est en péril ? Peut-être bien depuis la présentation des robots-termites. Si ces robots sont capables de bâtir des structures, ce n’est pas pour tout de suite qu’ils remplaceront pour autant l’homme.

C’est en s’inspirant des termites que des scientifiques de l’université d’Harvard ont conçus des robots bâtisseurs, des robots-termites.
Les robots-termites conçus par ces chercheurs en informatique et en ingénierie mesurent 17,5 centimètres de long et 11 centimètres de large, sont équipés de roues crantées adaptées à tous les terrains, de capteurs infrarouges pour repérer les briques et des sonars à ultrasons anticollision.

Grâce à tout cela, ces robots-termites sont capables de bâtir des structures miniaturisées, par exemple des pyramides. Plus impressionnants, grâce à la stigmergie, un mode de fonctionnement qui se base sur l’adaptation de son propre comportement aux autres, ces robots-termites sont capables de travailler ensemble sur un même projet, sans avoir besoin de connaitre l’entier du projet, ils s’adaptent simplement aux comportements des autres.

De fait, est c’est le but ultime de ses chercheurs, ces robots-termites pourraient bien un jour remplacer l’homme sur de véritables chantiers de construction, notamment lorsque ceux-ci sont situés dans des zones chimiquement ou radiocativement dangereuses, ou dans l’espace. Ce n’est donc pas tout de suite que des robots-termites remplaceront l’homme sur les chantiers de construction, mais l’avenir est en route…

Des robots-termites bientôt dans le domaine de la construction ?
Des robots-termites bientôt dans le domaine de la construction ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWhatsApp : Facebook débourse 16 milliards de dollars
Article suivantMobile World Congress 2014 : est-ce que HTC va dévoiler une smartwatch ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here