Cota par Ossia : recharge sans fil, à distance de surcroit

La recharge de son terminal est cruciale lorsqu’on parle de mobilité. Le chargement sans fil facilite grandement la chose, mais pour autant que cela soit à proximité. Cette barrière liée à l’induction n’est pas une fatalité.

La hantise d’un mobinaute est d’avoir son terminal à court de batteries, ce qui le priverait de tous moyens de communication mobile. C’est pour répondre à cette problématique du rechargement que différentes solutions sont aujourd’hui proposées pour faciliter la tâche. La plus pratique est bien évidemment le chargement sans fil, par induction, ce qui évite la gêne d’un câble.

Seul problème, pour que le chargement par induction fonctionne, une certaine proximité entre le terminal et le chargeur doit exister. Mais pour la start-up américaine Ossia, cette proximité n’est pas une obligation !

En effet, avec son prototype baptisé Cota, Ossia a fait une première démonstration publique lors de la conférence TechCrunch Disrupt. Son dispositif permet en effet de recharger un appareil à distance en fonctionnant sur les mêmes bandes de fréquence que le Wi-Fi ou le Bluetooth. Si le système permet de recharger un appareil dans un rayon de 9 mètres, la démonstration a été faite entre Cota et un iPhone 5 connecté à un récepteur.

S’il faut pour le moment en récepteur spécifique auquel brancher son terminal, rien n’empêche d’imagine, à terme, un tel dispositif intégré directement dans le smartphone ou la tablette. Pour le moment, la commercialisation est attendue à l’horizon 2015.

Un récepteur Cota chargeant un iPhone 5 dans les mains de son inventeur.
Un récepteur Cota chargeant un iPhone 5 dans les mains de son inventeur.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPhonebloks : un concept de smartphone 100% personnalisable
Article suivantSmartphones la bataille fait rage entre les différents constructeurs !
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here