Critiques sur la sécurité des Google Glass

Alors qu’elles sont déjà passablement critiquées à plusieurs points de vue, les Google Glass sont désormais pointées du doigt pour leur mauvaise sécurité.

Déjà passablement critiquées à plusieurs points de vue, notamment pour leur ingérence dans la vie privée, les Google Glass sont une nouvelle fois au centre des critiques. Cette fois, c’est leur sécurité qui est mise en question.

Ce sont des experts en sécurité informatique de Masc et Deloitte qui ont mis au point du code permettant de prendre le contrôle à distance des Google Glass. Facilement injectable via le port USB intégré aux lunettes, ou pourquoi pas via une attaque en phishing via sa connexion Wi-Fi, cette découverte met à nu la sécurité des lunettes connectées de Google.

Si cette démonstration n’avait que des visées purement démonstratives, elle pointe tout de même du doigt la sécurité des Google Glass, notamment la prise de contrôle à distance de la caméra embarquée. La facilité de l’opération, une soirée pour quelques hackers, fait même dire à Thomas Bosboom, expert chez Deloitte, que « Les hackers hardcore ne s’y intéresseraient même pas tellement c’est trop facile ! ».

En réponse à cette annonce, Google rétorque simplement que ses Google Glass pourront être verrouillées au même titre qu’un smartphone. Sérieux hic sécuritaire lorsqu’on connait la sensibilité des appareils sous Android au malware et autres.

Alors que les Google Glass sont déjà passablement critiquées à plusieurs points de vue, Google n’avait certainement pas besoin de cette nouvelle critique.

Google Glass : une sécurité qui laisse à désirer
Google Glass : une sécurité qui laisse à désirer

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRoaming : Orange étoffe son offre pour les vacances
Article suivantHADOPI : officialisation des nouvelles têtes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here