CX-3 : Mazda dévoile son nouveau crossover citadin

Le segment du crossover compact pour la ville est la cible de nombreux constructeurs automobiles. Mazda rejoint la liste en dévoilant son nouveau CX-3.

Que cela soit avec le Juke de Nissan, le Soul de Kia, le 500x de Fiat ou encore le HR-V d’Honda, le segment du crossover compact citadin est déjà ciblé par de nombreux constructeurs automobiles, ce qui n’empêche pas Mazda de vouloir s’y lancer avec son CX-3 édition 2016.
Même si Mazda fait miroiter les croisements de conception entre ce CX-3 et la prochaine MX-5 Miata, la réalité est que l’on trouve plutôt des similitudes avec la Mazda2 et la Mazda3.

En dévoilant ce CX-3 lors du Salon de Los Angeles, Mazda annonce que le crossover sera disponible en Amérique du Nord avec un moteur 2,0 litres SkyActiv couplé à une boîte automatique à six vitesses. Ni la puissance, ni le couple n’ont été précisés. Comparativement aux autres modèles de la marque, l’ordre de grandeur devrait être d’environ 155 chevaux.

Alors que la traction avant sera proposée en configuration standard, une option traction intégrale comprenant un nouveau différentiel sera disponible. Dans cette configuration, une version animée par un 1,5L SkyActiv avec transmission automatique ou manuelle devrait également être disponible.

En héritant la technologie SkyActiv de la Mazda3, le CX-3 hérite également d’autres éléments, comme les aménagements intérieurs de l’habitacle. C’est ainsi que l’on retrouve l’écran central tactile de 7 pouces équipé du système d’infodivertissement Mazda Connect, de capteurs à l’avant et une caméra au sommet du pare-brise qui indiquent que l’i-Activesense fera partie de l’équipement, si ce n’est en série, en tout cas en option.

mazdacx-3-photo-2

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSamsung : les dernières rumeurs sur le Galaxy S6
Article suivantWebcams piratées : les internautes ciblent les femmes !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here