Décryptage du CES 2015

Le Consumer Electronic Show (CES) a bouclé ses portes. Il est temps de décrypter cette édition 2015.

Le Consumer Electronic Show de Las Vegas a plusieurs vocations, celle de permettre aux poids lourds de faire la démonstration de leur puissance, celle de permettre aux start-ups de dévoiler leurs technologies, celle de présenter les tendances actuelles et futures ou encore celle de découvrir les pays qui émergent sur la scène high-tech. De fait, le CES n’est plus le simple le salon où on découvre simplement du hardware.

Alors que nul ne peut rester insensible à l’énergie créative qui émane du CES, y être présent pour une start-up est important, car cela permet de présenter sa technologie, de trouver des investisseurs, mais aussi de la comparer aux autres et de sentir les tendances du marché. Ce n’est donc pas pour rien que 35 000 exposants étaient présents pour lancer plus de 20 000 nouveaux produits en 2015.

Si le CES est toujours avant tout un salon du hardware, les équipements évoluent, comme les téléviseurs qui deviennent connectés au même titre que de nombreux autres objets, comme la voiture, la montre, la brosse à dents, la machine à café, etc. Eh oui, initiée en 2014, la tendance des objets connectés, structurée autour du Smart Home et des wearables, s’est intensifiée en 2015.

Si B.K. Yoon, coprésident de Samsung, annonce que plus de 90% de leurs futurs produits seront connectés à internet d’ici 2017, preuve de cette tendance, c’est aussi l’émergence d’alliances autour des écosystèmes open qui est à souligner, la preuve que les fabricants ne veulent pas forcément rester cloisonnés dans leur propre monde.

Un des buts du CES est donc de comprendre les opportunités apportées par ces nouveaux écosystèmes dans le but de profiter de ce salon pour créer des nouvelles relations.
On note également que de la Vivoactive smartwatch de Garmin à la smart watch 3 de Sony, en passant par Swarovski qui lance Shine ou LG et Audi qui lance une montre connectée qui ne ressemble pas à une montre connectée, les smartwatchs étaient omniprésentes au CES.

La santé connectée était tout aussi présente.

Au travers de nombreuses démonstrations, les solutions de Virtual Reality et d’Augmented Reality étaient également bien représentées.

Le CES est un endroit où la technologie reste magique, pas forcément encore tout à fait réelle, comme dans le cas des constructeurs automobiles qui dévoilent leur concept-cars de voitures autonomes, des prototypes déjà bien abouti à l’instar de l’Audi A7 qui a parcouru près de 900km de Standford à Las Vegas sans conducteur avec des points à 110 km/h, que Ford a révélé plus de 25 expérimentations ou encore que Mercedes dévoile un concept futuriste totalement innovant.

De fait, alors que tout ce qu’on a découvert à Las Vegas devient de plus en plus connecté, le vrai décryptage de ce salon révèle que son but premier est surtout de connecter les différentes entreprises entre elles, mais aussi avec les investisseurs et les consommateurs.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPatch Tuesday : changement et coup de gueule de Microsoft
Article suivantCES 2015 : les gadgets qui promettent une vie plus saine

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here